Loi Travail: après les débordements, Cazeneuve dénonce l'instrumentalisation des violences

Loi Travail: après les débordements, Cazeneuve dénonce l'instrumentalisation des violences

Publié le 29/04/2016 à 08:32 - Mise à jour à 08:34
©Benoit Tessier/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Alors que la 4e journée d'action contre la loi Travail a été marquée par des débordements, Bernard Cazeneuve a fustigé jeudi "l'outrance" de "ceux qui essaient d'instrumentaliser" à leur avantage les violences commises en marge des manifestations. Le ministre de l'Intérieur s'est exprimé après avoir rendu visite à un policier grièvement blessé, transporté à l'hôpital.

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a fustigé "l'outrance" de "ceux qui essaient d'instrumentaliser" à leur avantage les violences commises en marge des manifestations contre la loi Travail ou de "Nuit debout", jeudi soir après avoir rendu visite à l'hôpital à un policier grièvement blessé.

"Ceux qui essaient d'instrumentaliser ce contexte à des fins politiques en proposant qu'on interdise tout sont à la fois ignorants du droit et ignorants de ce qu'est l'état d'urgence et ignorant de ce qu'est la République et des principes de liberté qui la guident", a déclaré à la presse le ministre en sortant de la Pitié-Salpêtrière. "Ils sont eux aussi dans l'outrance", a insisté M. Cazeneuve, quand le gouvernement est tant dans "le respect du droit" à manifester que dans "le respect des forces de l'ordre".

Le ministre venait de se rendre au chevet d'un gardien de la paix grièvement blessé à la tête au cours de la manifestation parisienne jeudi et dont l'état "reste sérieux" selon M. Cazeneuve. Ce policier de la Brigade d'information de voie publique (BIVP) assurait la liaison avec les organisateurs du défilé et était en tenue civile lorsqu'il a été frappé par un projectile, selon le préfet de police de Paris.

"Ceux qui ont diffusé sur la police des affiches et des propos qui contribuaient à tendre (les relations avec les manifestants) n'ont pas témoigné d'un grand esprit de responsabilité", a estimé M. Cazeneuve, en référence à une affiche de la CGT affirmant que "la police doit protéger les citoyens et non les frapper". L'extrême-gauche a également dénoncé les "violences policières" envers les manifestants contre la loi El-Khomri et ceux du mouvement "Nuit debout". Le parti Les Républicains a de son côté demandé lundi à Bernard Cazeneuve de "suspendre l'autorisation d'occupation" de la place de la République à Paris par "Nuit debout", critiquant "l'irresponsabilité" gouvernementale face à une situation "inadmissible" en état d'urgence.

Entre 170.000 personnes (autorités) et 500.000 (CGT) ont défilé jeudi contre la loi Travail lors de manifestations émaillées de violents affrontements à Paris et en province, avec des blessés graves du côté des forces de l'ordre et des manifestants et 124 interpellations. Bernard Cazeneuve a à nouveau rendu "hommage" au "grand professionnalisme" des gendarmes et policiers à l'oeuvre, qui ont permis de "rétablir la situation partout" où des "groupes violents essayaient de la faire dégénérer".

Environ un millier de personnes étaient encore rassemblées jeudi soir peu après minuit place de la République à Paris, fortement encadré par les forces de l'ordre pour éviter de nouveaux débordements, a constaté un journaliste de l'AFP.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le ministre de l'Intérieur s'est rendu jeudi au chevet d'un policier qui a été grièvement blessé lors de la manifestation contre la loi Travail.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-