Police : ça tangue (vraiment) dans les rangs

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Police : ça tangue (vraiment) dans les rangs

Publié le 12/06/2020 à 17:15 - Mise à jour à 17:29
© CLEMENT MAHOUDEAU / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A
Les policiers ne décolèrent pas après les propos de leur ministre en début de semaine. Ils multiplient les actions symboliques, et leurs syndicats semblent avoir acté le divorce avec Christophe Castaner. 
 
Alors des rencontres étaient organisées jeudi et vendredi au ministère de l’Intérieur, les chefs de file des syndicats ont fait directement appel au président de la République afin qu’il les reçoive :
 
 
« Emmanuel Macron doit respecter et considérer sa police »
 
Ils étaient quelques dizaines de policiers réunis place Beauvau pour une action symbolique, après avoir bloqué une partie des Champs-Elysées avec des véhicules affichant leurs vérités : les forces de l’ordre aussi comptent de nombreux blessés dans leurs rangs, la police républicaine représente toute la diversité du pays, et un slogan « Pas de police, pas de paix » - qui rappelle le « Pas de justice, pas de paix » des manifestants contre les violences policières. 
 
Les syndicats de police « écoeurés »
 
Dans un lieu de pouvoir habituellement interdit à toute contestation sociale, les représentants d’Alliance Police Nationale, l’UNSA police ou encore Synergie Officiers ont estimé que c’est désormais au chef de l’État de prendre la main, rappelé que les déclarations de leur ministre s’étaient sur injonction d’Emmanuel Macron. 
 
Ils ont dénoncé « la goutte d’eau qui fait déborder le vase », cette « présomption de culpabilité » que Christophe Castaner fait peser sur eux,  dans climat social tendu depuis des mois :
 
« Ca fait des mois que ça dure, les collègues n’en peuvent plus »
 
Mais dès samedi, les forces de l’ordre devront une nouvelle fois faire face à la contestation. 
 
Cafés et commerces fermés à Paris
 
Des manifestations contre les violences policières et le racisme sont en effet annoncées ce samedi dans de nombreuses villes de France. Certains préfets, comme à Lyon ou à Nantes, ont pris des arrêtés d’interdiction.
 
Ce n’est pas le cas à Paris, où le préfet de police Didier Lallement, qui n’est pourtant pas réputé pour son laxisme, a publié ce vendredi un communiqué de presse un peu étrange qui commence par ses mots : « Pour faire face à des risques de rassemblements, dont le préfet de police rappelle qu’ils ne sont pas autorisés s’ils dépassent plus de dix personnes... ». La manifestation, qui partira à 14h30 de la place de la République, n’est donc ni interdite, ni autorisée. 
 
Ce vendredi après-midi toujours, le « risque de rassemblement » intéressait déjà plus de 18600 personnes sur la seule page Facebook de l’événement, signée de dix-huit organisations ! 
 
Le préfet de Paris, donc, a ordonné la fermeture des commerces, cafés et restaurants samedi après-midi entre la place de la République et la place de l’Opéra, et demandé à leurs propriétaires de « mettre en place des moyens de protection ». Et ce tout en précisant que « ces mesures pourront être levées au cas par cas (…) en fonction de l’évolution de la situation ». 
 
La Mairie de Paris a quant à elle été priée d’enlever « tous les objets pouvant servir de projectiles » et de sécuriser les chantiers sur le parcours. 

Auteur(s): FranceSoir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Dans toute la France, des policiers jettent leurs menottes

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-