Interview de Saad Hariri: l'ex-Premier ministre déclare qu'il sera "bientôt" de retour au Liban

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Interview de Saad Hariri: l'ex-Premier ministre déclare qu'il sera "bientôt" de retour au Liban

Publié le 14/11/2017 à 11:15 - Mise à jour à 11:28
© ANWAR AMRO / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Saad Hariri a annoncé qu'il allait "très bientôt" rentrer dans son pays, assurant être "libre" en Arabie saoudite où il se trouve depuis sa démission surprise qui a plongé le Liban dans une nouvelle crise politique. Sa démission n'a toujours pas été accepté par le président Aoun.

Alors que le Liban continue de s'enfoncer dans une crise politique majeure depuis la démission surprise de son Premier ministre Saad Hariri le 4 novembre dernier, ce dernier a pris publiquement la parole dimanche 13 pour clarifier sa situation.

"Je suis libre ici, si je veux voyager demain, je voyage", a expliqué le fils de Rafik Hariri lors de son entretien à Riyad (Arabie saoudite) avec la chaîne de télévision Future, qui lui appartient. "J'ai écris ma démission de ma main, et j'ai voulu provoquer un choc positif", a-t-il fait savoir. Saad Hariri a également tenu à réfuter la thèse promue de nombreux responsables politiques libanais qui veut que ce soit l'Arabie saoudite qui l'ait poussé à la démission et le retiendrait en otage.

Il a précisé qu'il se rendrait prochainement à Beyrouth afin "d'entamer les procédures constitutionnelles nécessaires" à sa démission, que le chef de l’Etat, Michel Aoun, proche du Hezbollah a refusé d’accepter en l’état.

Lors de l'annonce de sa démission, Saad Hariri, leader sunnite, avait dénoncé la "mainmise" du Hezbollah et de l'Iran sur les affaires intérieures du Liban. "On ne peut pas continuer au Liban de la sorte, avec les ingérences de l'Iran, avec un mouvement politique qui pratique ces ingérences avec lui", a réitéré dimanche soir Saad Hariri en référence au mouvement chiite libanais.

La démission de Saad Hariri pourrait remettre en cause le fragile équilibre politique libanais qui a permis l'élection au poste de président de la République du chrétien Michal Aoun le 31 ocotbre dernier avec le soutien du Hezbollah. Un poste vacant depuis 2014 et la démission de Michel Slimane.

Saad Harirri a toutefois prudemment indiqué dimanche qu'il pourrait "revoir sa démission" si les interventions de certains acteurs libanais dans les conflits régionaux cessaient, alors que le Hezbollah est engagé dans la guerre civile syrienne au côté du régime de Bachar al-Assad.

La France a salué lundi 13 une "certaine détente" après l'annonce de Saad Hariri, tout en avertissant qu'elle engagerait d'autres "initiatives" en lien avec l'ONU si la crise libanaise n'est pas rapidement débloquée. Dans un communiqué publié dimanche après s'être entretenu avec Michel Aoun au téléphone, Emmanuel Macron a souligné "la nécessité de maintenir la continuité des institutions étatiques (...) dans le cadre de la politique de dissociation vis-à-vis des conflits de la région et en particulier de la Syrie, afin de préserver la souveraineté et la stabilité libanaises".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


La démission de Saad Hariri pourrait remettre en cause le fragile équilibre politique libanais.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-