Les étudiants inquiets pour leur avenir avec les incertitudes des saisonniers

Les étudiants inquiets pour leur avenir avec les incertitudes des saisonniers

Publié le 13/05/2020 à 08:22 - Mise à jour à 14:16
MYCHELE DANIAU / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Chaque été, en France, un million de saisonniers environ « font la  saison » que ce soit dans les Hôtels, les restaurants, les parcs de loisirs, mais aussi dans les  stations balnéaires, les commerces.  La crise du coronavirus a stoppé net cette préparation de la saison.

Bien que le déconfinement ait commencé en France depuis le 11 mai dernier, le  secteur touristique est dans le flou le plus complet. Existera-t-il une saison cet été ? Et dans quelles conditions ? Le manque de visibilité conduit tous les professionnels à suspendre leur recrutement.

A Pôle Emploi, en avril, on a enregistré seulement 3800 nouvelles offres d’emplois saisonniers soit une baisse de 71 % par rapport à la même période en 2019. À cette quasi-disparition des offres d’emplois s’ajoute une hausse des demandeurs.

La crise économique, qui s’amorce, explique en partie cette augmentation du nombre de saisonniers potentiels.

 

La double peine des étudiants, qui doivent financer leurs études

Déjà fortement impactés par le chômage partiel pour leurs « petits boulots » du quotidien, les étudiants sont les premiers inquiets de cette situation. 70 % des étudiants travaillent ainsi l’été pour pouvoir étudier l’année suivante (Source : Observatoire de la vie étudiante de l’UNEF).

Après avoir perdu, pour certains d’entre-eux, leur job d’appoint, comment les étudiants vont-ils pouvoir se constituer les réserves nécessaires pour vivre décemment ? Plusieurs syndicats d’étudiants appellent déjà à une mobilisation de l’Etat, pour que la rentrée universitaire de septembre ne se transforme pas en une désertion massive.

Si la saison estivale 2020 est en péril, l’avenir des étudiants l’est tout autant.

Décidément, les conséquences de cette crise sanitaire s’apparentent de plus en plus à cet effet papillon, redouté par tous les économistes.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les saisonniers s'interrogent sur leur avenir pour cette saison estivale 2020

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-