Élevages en plein air : trop nombreuses, les poules ne voient presque pas le jour

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Élevages en plein air : trop nombreuses, les poules ne voient presque pas le jour

Publié le 09/07/2020 à 12:13 - Mise à jour à 14:19
© GEORGES GOBET / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Pour faire face à la demande croissante des consommateurs, de nombreux élevages de poules « plein air » font le choix de l’industrialisation. Avec pour conséquence directe : une qualité de vie dégradée pour les volatiles qui ne voient finalement pas vraiment le jour.

Le reportage, édifiant, signé Thibault Vetter et publié sur Rue89 Strasbourg, a de quoi faire frémir les Français, de plus en plus nombreux, à se montrer vigilants quant à la qualité de ce qu’ils mangent. Loin de l’image idyllique de la « poule au plumage garni se promenant dans l’herbe grasse », de très nombreuses pondeuses censées évoluer en « plein air », étiquetées « label rouge » ou « bio », n’ont finalement des conditions de vie guère meilleures que leurs congénères élevées en cage.

Seulement 3% des poules sortiraient réellement de leur hangar
Dans cet article, on découvre ainsi que les poules, loin de gambader dans les champs toute la journée, passent en réalité quasiment tout leur temps agglutinées dans un hangar. Si les installations intérieures disposent bien de trappes, si la surface extérieure minimale (4 m2 par poule à l’extérieur et maximum 9 m2 par poule dans le bâtiment pour les poules « plein air »), dans la réalité, les poules ne sortent que très peu. Interrogée par Rue89, la vice-présidente d’Alsace Nature et membre du groupe de dialogue civil sur les productions animales de la Commission européenne, Anne Vonesch, explique qu’on estime à seulement 3% le nombre de volatiles qui sortent à l’extérieur dans la journée.

Trop nombreuses et donc trop stressées, les poules restent à l’intérieur
En cause : la trop forte densité d’individus (jusqu’à 38 000 poules dans l’élevage alsacien visité par Thibault Vetter). Sa conséquence directe : un stress chronique lié aux stimulations trop importantes, notamment sonores, qui inhibe les poules et les pousse à rester à l’intérieur.

Les terrains ne sont pas adaptés au comportement des poules
Et quand bien même elles sortiraient, les poules n’iraient pas bien loin. Pour l’élevage en question, la surface extérieure doit être de 16 hectares, soit un carré de 400 mètres de côté. Mais ceux qui connaissent les poules et leur comportement le savent, dans les faits, jamais une poule n’ira s’aventurer si loin de son poulailler. A fortiori si l’essentiel de sa nourriture se situe à l’intérieur et si, comme c’est souvent le cas, le terrain est nu et exposé au soleil : la poule a besoin de se cacher sous des arbres ou des buissons pour se protéger des rapaces, explique la chercheuse Séverine Henry. Même lorsqu’elles sortent, les poules restent donc collées les unes aux autres sur une bande de terrain où ne subsistent que des cailloux à picorer…

Répondre à la demande implique des concessions dont pâti l’animal
A l’origine de cette situation aberrante : un système qui pousse à l’industrialisation. Pour être attractifs face aux intermédiaires qui doivent répondre à une demande croissante d’œufs « plein air », « label rouge » ou « bio », les éleveurs investissent dans des exploitations de plus en plus grandes. Si l’effectif d’un élevage bio est limité à 24 000 poules (et 3000 par bâtiment), les élevages « plein air » n’ont aucune restriction en matière de nombre d’individus.

Le circuit court, seule alternative pour éviter les dérives ?
Face à la multiplication des grosses exploitations, les producteurs plus modestes qui continuent à tout faire pour produire des œufs de qualité font le choix d'écouler leur production via les circuits courts (AMAP, marchés). Le plus sûr moyen, aujourd’hui, de manger des produits de qualité et d’assurer une rétribution juste du producteur.

A lire aussi : Morbihan, des poules encerclent un renard et le tuent à coups de bec

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Dans les grands élevages, les poules "plein air" ne sortent pas autant qu'on le pense pour gambader dans les champs

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-