Nature thérapeutique: la Tamise rendue baignable pour lutter contre la pollution et la dépression

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 22 avril 2022 - 18:25
Image
Tamise Londres Royaume-Uni
Crédits
Pixabay
Ce projet britannique s’inscrit dans une politique visant non seulement à limiter la pollution des rivières, mais aussi à développer les options de sorties thérapeutiques dans la nature.
Pixabay

Pour répondre à la hausse des cas de détresse mentale au Royaume-Uni, des professionnels de santé ont augmenté les prescriptions d'exercice physique dans la nature. De nombreux Britanniques ont choisi les promenades dans les chemins en guise de retour à la nature thérapeutique. D’autres se sont littéralement jetés à la mer, pour reconquérir l’eau libre, été comme hiver, avec des groupes de soutien ou en solo. Ces sorties sont plus faciles lorsque l’on habite à la campagne, mais les citadins veulent aussi leur coin de nature.

Pour eux, une portion de la Tamise et une portion de côte de l’île de Wight deviendront des zones de baignade sauvages officielles, à partir du 15 mai prochain. Ce projet se veut positif pour les adeptes de la baignade en eau libre, mais aussi pour lutter contre la pollution des eaux.

Lire aussi : Quel type de yoga choisir pour ouvrir vos chakras ?

Un contrôle bactériologique exhaustif

Fin février, le gouvernement britannique a annoncé qu’une portion de la Tamise à Oxford, ainsi qu'une zone côtière de l'île de Wight, avaient été proposées pour devenir de nouveaux sites de baignade. Comme l’indique le Règlement sur les eaux de baignade de 2013, les eaux de baignade sont des eaux côtières ou intérieures utilisées par un grand nombre de personnes pour nager ou pagayer. Elles disposent d'installations pour promouvoir et soutenir la baignade. Aussi, un suivi de la qualité de l'eau doit être réalisé par l'Agence pour l'environnement tout au long de la saison, avant que les sites ne soient classés chaque année comme "excellent", "bon", "suffisant" ou "médiocre".

La ministre de l'Environnement, Rebecca Pow, a déclaré que "les eaux de baignade en Angleterre sont une réussite, avec près de 95 % d'entre elles ayant obtenu le statut « bon » ou « excellent » l'année dernière — le plus élevé depuis l'introduction de nouvelles normes en 2015". Elle affirmait : "Nous protégeons la santé des personnes dans les lieux de baignade populaires à travers le pays en exigeant que l'eau de ces sites soit contrôlée régulièrement et des améliorations doivent être apportées s'ils ne répondent pas à la norme minimale." Alors qu’en 2020, des eaux usées brutes ont été rejetées dans la haute Tamise pendant près de 50 000 heures, les associations militent pour rendre illégal le déversement d'eaux usées brutes dans les rivières, pour les rendre sûres et saines pour les personnes et la faune. "Nous demandons le statut d'eau de baignade pour un tronçon de la Tamise passant par Oxford. Cela permettra d'éviter les déversements d'eaux usées et d'améliorer la qualité de l'eau", déclare un porte-parole du groupe militant Sewage Free Thames.

La prescription de la nature, une pratique courante au Royaume-Uni

Ce projet britannique s’inscrit dans une politique visant à limiter la pollution des rivières, mais aussi à développer les options de sorties thérapeutiques dans la nature. Le ministère de l'Environnement, de l'Alimentation et des Affaires rurales (DEFRA) a lancé le 14 avril dernier une consultation ouverte visant à améliorer l'accès à la nature. Pour ce faire, le gouvernement a notamment instauré le projet "Prévention et lutte contre les maladies mentales grâce à la prescription sociale verte", investissant 5,77 millions de Livres pour augmenter l'utilisation et la connectivité avec les services de "prescription verte".

En Angleterre, toute eau de surface peut être désignée comme eau de baignade si elle est utilisée par un grand nombre de personnes et répond aux exigences de désignation. Il existe actuellement 419 eaux de baignade désignées en Angleterre, et la ministre encourage les citoyens à s'impliquer dans la désignation de nouvelles zones. Rappelons toutefois que la désignation en tant que telle ne traduit pas forcément d'une qualité de l'eau conforme.

À LIRE AUSSI

Image
Bertrand Alliot
"Le récit de la catastrophe écologique peut durer très longtemps" Bertrand Alliot
Peut-on imaginer une écologie non catastrophiste ? C'est le pari que fait Bertrand Alliot, porte-parole de l'association "Action Écologie". Selon lui, concernant la qu...
03 novembre 2021 - 18:23
Vidéos
Image
Inondations le 16 juillet 2021 aux Pays-Bas
Aux Pays-Bas, un "conseil de l'eau" protège les terres des inondations depuis le Moyen Âge
Pour résister aux inondations, les Pays-Bas ont trouvé la solution : un « conseil de l’eau » qui, depuis le Moyen Âge, gère la création de digues servant à retenir les...
05 décembre 2021 - 12:45
Société
Image
La rive asséchée d'un étang à Villars-les-Dombes le 22 juillet 2019
Transformer l’air en eau: science-fiction ou réalité?
Selon des études scientifiques récentes, d'ici à 2050, cinq milliards d’êtres humains pourraient être victimes d’un accès insuffisant à l’eau potable. Des innovations ...
25 mars 2022 - 11:41
Société