Un homme se suicide après avoir tiré sur sa femme devant une école

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Un homme se suicide après avoir tiré sur sa femme devant une école

Publié le 25/04/2018 à 17:52 - Mise à jour à 18:10
© FRED TANNEAU / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un drame s'est joué ce mercredi face au collège la Ponétie à Aurillac, dans le Cantal, en début d'après-midi. Un homme a tiré sur sa femme avant de retourner l'arme contre lui et de se suicider. Sa victime est très grièvement blessée.

Les forces de l'ordre sont intervenues ce mercredi 25 en début d'après-midi face au collège la Ponétie à Aurillac, dans le Cantal. Sur un parking face à l'établissement, un homme a tiré sur sa femme avant de retourner l'arme contre lui et de se donner la mort.

Selon La Montagne, l'homme de 46 ans a grièvement blessé sa femme, âgée de 39 ans. Celle-ci, touchée à l'abdomen, a un pronostic vital engagé selon les médecins.

Elle a été conduite en urgence absolue au centre hospitalier d'Aurillac tandis que le tireur est, lui, décédé sur le coup.

A voir aussi: Il se tire une balle dans la tête devant sa compagne en rentrant d'une soirée en club libertin

D'après les témoins oculaires le quadragénaire est venu à la rencontre de la victime, de qui il était séparé, aux alentours de 14h. Elle sortait alors de l'établissement où elle travaille comme assistante d'éducation.

Entre les deux, une dispute a rapidement éclaté sur le parking. L'homme a alors sorti de son coffre un fusil de chasse et a tiré sur son ancienne compagne, avec qui il a eu quatre enfants, avant de retourner l'arme contre lui. Trois coups de feu ont été entendus par les différents témoins et les enquêteurs ont bien retrouvé trois douilles sur les lieux.

Le préfet du Cantal et le maire d'Aurillac se sont rendus sur place et le procureur a indiqué que les policiers chargés de l'affaire s'orientaient vers la piste du drame familial: le quadragénaire "supportait mal la séparation".

Pour le personnel et les élèves du collège c'est le choc et une dizaine de jeunes ont été confinés à l'intérieur de l'établissement. Une cellule de soutien psychologique a donc été mise en place pour ceux qui en ressentiraient le besoin.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un homme a tiré sur sa compagne, avec qui il était fraîchement séparé, avant de se suicider à Aurillac.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-