Aveyron: l'incendiaire d'églises en série condamné à six mois de prison

Aveyron: l'incendiaire d'églises en série condamné à six mois de prison

Publié le 13/10/2016 à 17:14 - Mise à jour à 17:21
©Frédéric Bisson/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un homme de 22 ans a été condamné mercredi à six mois de prison ferme pour avoir incendié deux églises à Millau (Aveyron) en septembre dernier. Il avait été interpellé alors qu'il tentait de mettre le feu à une troisième. Les experts ont conclu à des troubles psychiatriques, insuffisants cependant pour l'exonérer de sa responsabilité.

A la troisième tentative, il avait été pris en flagrant délit. Un homme de 22 ans a été condamné mercredi 12 à six mois de prison ferme pour avoir incendié deux églises dans l'Aveyron au cours d'une même journée et avoir tenté de mettre le feu à une troisième. Des gestes auxquels le procès n'a pas pu apporter de raison claire, en dehors de la personnalité troublée de l'accusé.

Le 19 septembre dernier à Millau, un incendie avait éclaté au sein de l'église du Sacré-Coeur. Peu après, un autre lieu de culte situé à seulement quelques centaines de mètres, l'église Notre-Dame de l'Espinasse, avait lui aussi connu un incendie circonscrit par des bénévoles. Dans les deux cas, un retable avait été endommagé.

Face à ces évènements trop rapprochés pour être des coïncidences, les autorités et les responsables d'une troisième église, Saint-François, avaient convenu de la nécessité de surveiller les lieux. C'est à l'occasion de cette opération que le prévenu avait été interpellé alors qu'il venait de mettre le feu à des papiers.

Une première audience avait eu lieu dès le 21 septembre mais le procès avait alors été renvoyé à la demande de la défense afin de procéder à des évaluations psychiatriques de l'accusé. Le rapport de l'expert a fait état d'une personnalité "mégalomaniaque" et évoqué "un fort risque de récidive" de cet individu dont les actes lui conféraient "un sentiment de puissance". Toutefois, il n'a conclu qu'à une altération et non à une abolition du discernement de l'accusé au moment des faits, ce qui aurait entraîner son irresponsabilité pénale.

L'homme, connu de la justice, a donc été condamné à six mois de prison ferme et à 1.725 euros de dommages et intérêts à la ville de Millau pour la remise en état des lieux de culte. Par ailleurs, le tribunal de Rodez a révoqué deux mois de sursis qui pesaient sur sa tête pour une précédente affaire. Le tout a été assorti d'une obligation de suivi socio-judiciaire et d'une obligation de soins pour 5 ans.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La peine de six mois de prison a été assortie d'une amende et d'une obligation de soins, ainsi que de la levée de deux mois de sursis.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-