Charente-Maritime: il retrouve ses pneus crevés 18 fois en 5 mois

Charente-Maritime: il retrouve ses pneus crevés 18 fois en 5 mois

Publié le 22/05/2018 à 13:51 - Mise à jour à 13:53
© JACQUES DEMARTHON / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un propriétaire de plusieurs voitures dans la commune de Gua, près de Royan en Charente-Maritime, a retrouvé ses pneus crevés 18 fois depuis décembre dernier. Il est la seule victime de son quartier et ne comprend pas cet acharnement, la police a été saisie de l'affaire.

Il ne sait pas qui pourrait lui en vouloir à ce point. Un habitant de Gua, près de Royan en Charente-Maritime, a retrouvé les pneus de ses voitures crevés à 18 reprises depuis le mois de décembre 2017.

En cinq mois donc les pneus des différentes voitures de cet homme, garées  dans l'enceinte de son domicile ou encore sur le trottoir, ont été lacérés à coups de couteau. Ce sont d'ailleurs les seuls véhicules du voisinage à avoir été vandalisés.

Le propriétaire, qui ignore qui pourrait lui vouloir du mal comme l'a précisé Sud Ouest, s'est rapproché de la gendarmerie de Marennes depuis les premiers moments de l'affaire qui a créé un sentiment d'insécurité dans le quartier.

A voir aussi: La femme de 83 ans crevait des pneus et rayait des portières pour se "venger", amende avec sursis

Les militaires n'ont cependant toujours pas découvert qui pourrait être à l'origine de ces crevaisons à répétition. Le propriétaire des voitures demande aux forces de l'ordre de procéder à des patrouilles récurrentes dans son quartier et dans sa rue. En particulier lors des week-ends: le samedi et le dimanche semblent en effet être les jours favoris du ou des suspects.

Une affaire similaire a été jugée vendredi 18 à Bordeaux. Le tribunal correctionnel a condamné Gilles Sarrailh à une peine de 18 mois de prison dont 12 ferme, une mise à l'épreuve et trois ans d'obligation de soins. Il a été reconnu coupable d'avoir crevé les pneus de 6.000 voitures dans l'agglomération bordelaise entre 2011 et 2017. Maltraité sexuellement dans son enfance, il se disait en colère contre la société.

La police avait enquêté durant deux longues années avant de l'identifier.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le propriétaire des voitures dont les pneus sont régulièrement crevés ignore qui pourrait lui en vouloir à ce point.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-