"Chemise arrachée" à Air France: 2 à 4 mois de prison avec sursis requis contre 5 salariés

"Chemise arrachée" à Air France: 2 à 4 mois de prison avec sursis requis contre 5 salariés

Publié le 28/09/2016 à 18:42 - Mise à jour à 18:56
©KenzoTribouillard/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Deux à quatre mois de prison avec sursis ont été requis ce mercredi contre cinq salariés d'Air France jugés à Bobigny pour leur implication dans l'épisode de la "chemise arrachée" du DRH. Le parquet a aussi requis 1.000 euros d'amende contre les dix autres prévenus, poursuivis pour des "dégradations" lors de la manifestation du 5 octobre 2015.

Pas des "colibris" mais des "voyous": deux à quatre mois de prison avec sursis ont été requis ce mercredi 28 contre cinq salariés d'Air France jugés à Bobigny pour leur implication dans l'épisode de la "chemise arrachée" du DRH. "Ce n'était pas une opération syndicale mais une opération de casseurs, puis de voyous", a déclaré le procureur Philippe Bourion, reprenant à son compte les termes employés par le Premier ministre Manuel Valls au lendemain de ces incidents. Le parquet a aussi requis 1.000 euros d'amende contre les dix autres prévenus, poursuivis pour des "dégradations" lors de la manifestation du 5 octobre 2015 devant le siège d'Air France à Roissy.

Pris à partie ce jour-là, Xavier Broseta, DRH d'Air France à l'époque, et Pierre Plissonnier, le responsable du long-courrier, avaient dû fuir sous les huées, torse nu pour le premier, la chemise en lambeaux pour le second. Les images "humiliantes" des deux cadres dirigeants escaladant un grillage pour échapper à leurs poursuivants avaient fait le tour du monde et terni un peu plus la réputation de la France en matière de dialogue social. Le procureur a assuré avoir pris en compte le "contexte" de ces incidents dans ses réquisitions et appelé le tribunal à faire de même dans son jugement, qui sera mis en délibéré. "Personne n'a à l'esprit que lorsqu'on annonce 2.900 licenciements, il y aurait une obligation d'amener des fleurs", a-t-il dit.

Comme l'ont rappelé les responsables de la CGT Air France mardi à l'audience, ces incidents faisaient suite en effet à l'annonce d'un plan de restructuration menaçant 2.900 emplois, dans une entreprise déjà éprouvée par les plans sociaux à répétition ("10.000 suppressions d'emploi en dix ans"). Pour la première fois, les syndicats redoutaient des licenciements secs, en particulier au sein du personnel au sol à qui "beaucoup d'efforts avaient déjà été demandés", et dont les prévenus sont issus. Mettant les incidents sur le compte d'un "effet de meute", le procureur a ironisé sur les dénégations des prévenus, pourtant identifiés par l'enquête de police sur la base des innombrables images versées dans la procédure.

"Tous vous font des descriptions d'eux-mêmes avec des délicatesses de libellules, des entrechats de danseuses. Je ne crois pas à cette réunion de colibris délicats", a dit M. Bourion, qui a scandalisé la défense en qualifiant d'"hyperprotéinés" ces prévenus à la forte carrure. Avocate de 12 des prévenus, Lilia Mhissen a dénoncé une fois de plus la "déloyauté de l'enquête", "un dossier bâclé" où domine la volonté de trouver des "boucs-émissaires". Elle a invité le tribunal à prendre de la hauteur avec les images médiatiques. "Ce qu'écrivent les médias, ce n'est pas toujours la vérité judiciaire. Vous ne pouvez pas condamner sur la base d'une photo sensationnelle", a-t-elle dit.

La défense, qui a fait citer Air France et deux sociétés de vigiles dans une audience séparée qui se tiendra le 9 décembre, a redit sa conviction que la compagnie s'était rendue coupable du délit d'immixtion dans un conflit social, notamment en verrouillant la grille d'accès au siège. Un acte perçu comme une "provocation" par les salariés qui avaient pénétré de force dans le siège en criant "on est chez nous, ici".

Dans la matinée, les avocats des parties civiles s'étaient relayés pour dénoncer la stratégie de la défense consistant à ériger les victimes en coupables. Une stratégie qualifiée par Me Fanny Colin de "classique mais vulgaire". Ils avaient aussi critiqué la tentation des prévenus et de leurs soutiens, notamment au sein de la CGT, de justifier le recours à la violence physique "lorsqu'elle répond à une violence sociale ou à une situation de désespoir".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les images "humiliantes" des deux cadres dirigeants escaladant un grillage pour échapper à leurs poursuivants avaient fait le tour du monde.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-