Daech: deux enfants participent à une vidéo d'exécution, le parquet de Paris ouvre une enquête

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
Publié le 17 mai 2016 - 09:14
Image
Au procès.
Crédits
©Fayolle Pascal/Sipa
Le parquet de Paris a ouvert une enquête après la diffusion par le groupe djihadiste Etat islamique (EI) d'une vidéo suggérant que deux enfants présentés comme Français ont exécuté des prisonniers syriens.
©Fayolle Pascal/Sipa
L'Etat islamique a publié une vidéo d’exécution mettent en scène deux enfants présentés comme Français qui abattent des prisonniers syriens. Le parquet de Paris a pris la décision d'ouvrir une enquête lundi.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête après la diffusion par le groupe djihadiste Etat islamique (EI) d'une vidéo suggérant que deux enfants présentés comme Français ont exécuté des prisonniers syriens, a-t-on appris lundi 16 de source judiciaire.

La vidéo de 14 minutes, intitulée Sur les traces de mon père et diffusée dimanche par l'EI, met en scène un adolescent qui dit avoir vécu en France et être "le fils d'un combattant français mort en martyr", ainsi qu'un plus jeune garçon. "Leur identité n'a pas été établie à ce stade et leur nationalité n'est pas confirmée", a indiqué une source proche de l'enquête.

L'enquête ouverte dimanche pour apologie du terrorisme, assassinats en bande organisée et association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste a été confiée à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) et à la Sous-direction antiterroriste de la police judiciaire (SDAT).

A plusieurs reprises, l'EI a mis en scène des enfants ou des adolescents dans ses vidéos de propagande.

Six mois après les attentats de novembre à Paris, qui ont fait 130 morts et des centaines de blessés, la menace terroriste qui pèse sur la France "est toujours très élevée", a souligné cette semaine le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

Quinze projets d'attentats ont été déjoués depuis 2013 et 101 personnes "en lien direct avec le terrorisme" ont été arrêtées depuis le début de l'année, a-t-il indiqué.