Débouté du droit d'asile, il commence une grève de la faim et se coud les lèvres

  •  Soutenez l'indépendance de FranceSoir, faites un don !  

Débouté du droit d'asile, il commence une grève de la faim et se coud les lèvres

Publié le 01/09/2018 à 15:16 - Mise à jour à 15:17
© PHILIPPE LOPEZ / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Un Marocain débouté du droit d'asile a entamé une grève de la faim mercredi après avoir été expulsé de son centre d'hébergement à Metz. Il s'est cousu les lèvres en signe de protestation et jusqu'à ce qu'il retrouve un nouveau logement.

Il a pris une décision radicale. Un homme dont la demande d'asile a été déboutée a été expulsé de son foyer de Metz après avoir fait preuve d'agressivité. Pour protester contre cette décision, ce Marocain de 31 ans a entrepris une grève de la faim mercredi 29.

Le trentenaire a donc commencé à ne plus s'alimenter et s'est même cousu les lèvres. La bouche ainsi fermée, il a refusé d'être pris en charge par les pompiers et la police selon France Bleu Lorraine.

"Il a montré de façon explicite son refus d'être hospitalisé", a expliqué une source proche de l'affaire: le demandeur d'asile exigeait une nouvelle place dans un foyer.

A voir aussi: Appels à libérer Sentsov au 100e jour de sa grève de la faim

Le trentenaire s'est ainsi rendu dans l'ancien camp de migrants de Blida, à Metz toujours, et s'est entretenu avec l'Office Français de l'immigration et de l'intégration. Les discussions ont duré toute la nuit, elles ont entre autre été difficiles à cause "des fils qui entravaient" la bouche du demandeur d'asile.

"Pour des questions sanitaires et des questions de dignité humaine", un autre logement géré par un organisme social a finalement été proposé au ressortissant marocain. Celui-ci a donc emménagé jeudi 30dans un nouveau foyer d'accueil.

Il a finalement été pris en charge médicalement et a recommencé à s'alimenter après cette (très) courte grève de la faim qui lui a permis de trouver une nouvelle place très rapidement.

A lire aussi:

Sa fille se fait agresser sexuellement, il fait une grève de la faim pour que son voisin déménage

Il fait une grève de la faim pour savoir si son ex-compagne est enceinte de lui

Bastia: le personnel de l'hôpital débute une grève de la faim pour dénoncer les suppressions de postes

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


L'homme a tout d'abord refusé d'être pris en charge par les pompiers.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-