Débouté du droit d'asile, il commence une grève de la faim et se coud les lèvres

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 01 septembre 2018 - 17:16
Image
Samu, médecins de garde, pompiers… Appellera-t-on bientôt un seul numéro pour toutes les urgences? Alors que le gouvernement doit trancher cet été, cet éternel débat, toujours vif entre professionnels
Crédits
© PHILIPPE LOPEZ / AFP/Archives
L'homme a tout d'abord refusé d'être pris en charge par les pompiers.
© PHILIPPE LOPEZ / AFP/Archives
Un Marocain débouté du droit d'asile a entamé une grève de la faim mercredi après avoir été expulsé de son centre d'hébergement à Metz. Il s'est cousu les lèvres en signe de protestation et jusqu'à ce qu'il retrouve un nouveau logement.

Il a pris une décision radicale. Un homme dont la demande d'asile a été déboutée a été expulsé de son foyer de Metz après avoir fait preuve d'agressivité. Pour protester contre cette décision, ce Marocain de 31 ans a entrepris une grève de la faim mercredi 29.

Le trentenaire a donc commencé à ne plus s'alimenter et s'est même cousu les lèvres. La bouche ainsi fermée, il a refusé d'être pris en charge par les pompiers et la police selon France Bleu Lorraine.

"Il a montré de façon explicite son refus d'être hospitalisé", a expliqué une source proche de l'affaire: le demandeur d'asile exigeait une nouvelle place dans un foyer.

A voir aussi: Appels à libérer Sentsov au 100e jour de sa grève de la faim

Le trentenaire s'est ainsi rendu dans l'ancien camp de migrants de Blida, à Metz toujours, et s'est entretenu avec l'Office Français de l'immigration et de l'intégration. Les discussions ont duré toute la nuit, elles ont entre autre été difficiles à cause "des fils qui entravaient" la bouche du demandeur d'asile.

"Pour des questions sanitaires et des questions de dignité humaine", un autre logement géré par un organisme social a finalement été proposé au ressortissant marocain. Celui-ci a donc emménagé jeudi 30dans un nouveau foyer d'accueil.

Il a finalement été pris en charge médicalement et a recommencé à s'alimenter après cette (très) courte grève de la faim qui lui a permis de trouver une nouvelle place très rapidement.

A lire aussi:

Sa fille se fait agresser sexuellement, il fait une grève de la faim pour que son voisin déménage

Il fait une grève de la faim pour savoir si son ex-compagne est enceinte de lui

Bastia: le personnel de l'hôpital débute une grève de la faim pour dénoncer les suppressions de postes

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don