Elle donnait du Lexomyl avec du coca à sa fille de 2 ans, une mère condamnée

Elle donnait du Lexomyl avec du coca à sa fille de 2 ans, une mère condamnée

Publié le 12/09/2018 à 17:48 - Mise à jour à 17:55
© JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Une mère de famille de cinq enfants a été condamnée mardi à six mois de prison avec sursis pour avoir donné du Lexomyl, un puissant antidépresseur, à sa petite fille de deux ans. Des faits qu'elle avait déjà commis en 2013, deux de ses enfants lui avaient alors été retirés.

Une femme de 37 ans a été condamnée mardi 11 par le tribunal correctionnel de Mont-de-Marsan (Landes) à six mois de prison avec sursis pour avoir donné du Lexomyl et du Tercian (des puissants antidépresseurs) à sa petite fille de deux ans, chez qui une altération de la personnalité a été constatée par un médecin psychiatre.

Cette mère de famille de cinq enfants, originaire de Labastide-d'Armagnac, avait déjà été condamnée en 2013 pour les mêmes faits, commis sur deux de ses enfants depuis placés en famille d'accueil.

France Bleu Gascogne, qui rapporte l'information, précise que le père, lui âgé de 45 ans, a été condamné à quatre mois de prison avec sursis pour complicité, puisqu'il a laissé son épouse faire sans tenter d'intervenir.

"Ce n'était qu'un demi cachet de Lexomyl par semaine, dans un biberon de coca, pour la calmer", a reconnu le quadragénaire à la barre, pendant que la mère continuait de nier les faits.

Lire aussi: une mère condamnée à de la prison avec sursis pour l'absentéisme de ses enfants

La radio précise, au sujet de la mère, qu'un psychiatre avait souligné sa "personnalité borderline" et son "quotient intellectuel bas" en 2013.

C'est début 2017 que le calvaire de la petite Ayana-Bella a été détecté. Une assistante familiale a constaté des traces de violences sur les fesses de l'enfant. Mais faute de preuve, les parents n'ont pas été condamnés pour ça.

En revanche, puisque la fillette avait changé de comportement et dormait beaucoup, des analyses médicales ont été ordonnées puis ont donc révélées des traves d'antidépresseurs dans son organisme.

Et aussi:

Viols et violences sur sa fille: la mère condamnée

Quintuple infanticide en Gironde: la mère condamnée à 8 ans de prison

Morbihan: une mère condamnée pour avoir poignardé au visage son bébé... alors encore dans son ventre

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Une mère de famille a été condamnée à six mois de prison avec sursis pour avoir donné du Lexomyl (puissant antidépresseur) à sa fille de deux ans.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-