En garde à vue pour avoir appelé l'Elysée près de 200 fois en un jour

En garde à vue pour avoir appelé l'Elysée près de 200 fois en un jour

Publié le 24/10/2018 à 12:53 - Mise à jour à 13:00
© STEPHANE DE SAKUTIN / POOL/AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Un homme d'une quarantaine d'années habitant en Haute-Savoie a appelé l'Elysée près de 200 fois lundi, afin de dire le fond de sa pensée à Emmanuel Macron. Il avait déjà été repéré pour avoir fait de même du temps de François Hollande.

Ce n'est pas la première fois qu'il se livre à cet exercice. Un homme d'une quarantaine d'années a été placé en garde à vue après s'être lui-même rendu au commissariat d'Annecy, où il est domicilié, et avoir reconnu son acte: avoir téléphoné à l'Elysée près de 200 fois en une journée.

Lundi 22, ce professeur de musique a appelé la résidence du président de la République en exigeant de parler à Emmanuel Macron. Devant le refus que lui a adressé le standard, il a multiplié les coups de téléphone, 195 au total selon Le Dauphiné libéré. Des appels durant lesquels il aurait copieusement dénigrer le chef de l'Etat. Un harcèlement et des propos orduriers qui ont donc conduit les policiers à le placer en garde à vue avant de le relâcher.

Voir: Macron invite les Français à moins se plaindre, l'opposition réplique

Celui-ci estimait avoir le droit de se plaindre et même d'insulter directement le président de la République. Un droit dont-il avait déjà décidé de faire usage sous le quinquennat de François Hollande, là encore sans se soucier de sa facture de téléphone. A l'époque, il n'avait été sanctionné que par des mesures alternatives. Mais la récidive risque de lui coûter plus cher.

Selon L'Essor savoyard qui cite les policiers d'Annecy, "l’expertise psychiatrique a révélé qu’il était parfaitement conscient de ce qu’il faisait".

L'article 222-16 du code pénal prévoit que "les appels téléphoniques malveillants réitérés, les envois réitérés de messages malveillants émis par la voie des communications électroniques ou les agressions sonores en vue de troubler la tranquillité d'autrui sont punis d'un an d'emprisonnement et de 15.000 euros d'amende". Il suffit de deux appels dans un court délai pour que l'on puisse parler de harcèlement.

Lire aussi: Fabrice Eboué - un tweet de l'humoriste sur Macron dérange

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'homme qui a harcelé le standard de l'Elysée a été placé en garde à vue.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-