Enfant tué par un manège dans l'Aude: vers une mise en examen

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Enfant tué par un manège dans l'Aude: vers une mise en examen

Publié le 29/05/2018 à 07:56 - Mise à jour à 07:59
©Frédéric Bisson/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Samedi, un enfant de deux ans était écrasé par un petit train dans lequel il avait pris place. Les gérants, placés en garde à vue, devraient être mis en examen ce mardi, un expert ayant noté des manquements à la sécurité.

Sauf surprise, c'est bien vers une mise en examen que l'on se dirige. Une gérante de manège, son mari et son fils devraient être déférés ce mardi 29 devant un magistrat instructeur selon une information du journal Midi Libre. Samedi 26, un enfant de deux ans a perdu la vie dans un accident sur un petit train installé sur la plage d'un restaurant de Gruissan, dans le département de l'Aude.

La tragédie s'est déroulée sur une installation qui pouvait paraître inoffensive. Le manège est un petit train à destination des enfants, faisant un parcours circulaire et transportant des passagers avec une ceinture de sécurité. Les wagons sont fermés par une petite chaîne, le tout évoluant à vitesse modérée.

Que s'est-il alors passé ce samedi-là? Selon les premiers éléments connus, l'enfant s'est levé de sa banquette au moment où le train démarrait. Le petit est alors tombé sur le rail, juste avant la dernière voiture, le wagonnet lui est alors passé dessus lui occasionnant un traumatisme crânien mortel. La malheureuse victime est décédée sur place, sous les yeux de ses parents qui ont dû être hospitalisés. Une autopsie de la victime devrait être effectuée.

Voir aussi - Cap d'Agde: deux jeunes éjectés d'un manège au Luna Park

Après le placement en garde à vue de la gérante et de ses proches, qui a d'ailleurs été prolongée, un premier rapport d'un expert en accident de manèges a noté des manquements aux règles de sécurité. On ne sait pas encore dans le détail la nature de ces manquements, entre un dysfonctionnement du petit train ou l'absence du port de la ceinture pour la petite victime.

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La garde à vue des suspects a été prolongée.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-