Maëlys: pas de petite fille dans la voiture dit Jakubowicz, qui est alors ce potentiel nouveau témoin-clé?

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Maëlys: pas de petite fille dans la voiture dit Jakubowicz, qui est alors ce potentiel nouveau témoin-clé?

Publié le 05/12/2017 à 11:00 - Mise à jour à 11:30
© PHILIPPE DESMAZES / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Lundi soir, sur le plateau de BFMTV, Alain Jakubowicz a défendu avec force Nordahl Lelandais, son client, en insistant sur la thèse d'une heure de la disparition erronée dans la bouche du procureur de la République de Grenoble. Il a aussi insisté sur le contenu réel de la "photo" montrant la voiture présumée de Nordahl. Sur le siège passager, assure le défenseur, il ne s'agit non pas d'une petite fille mais d'une femme au décolleté plongeant.

Il était visiblement en colère. Maître Alain Jakubowicz, l'avocat de Nordahl Lelandais, le principal suspect dans l'enlèvement et le meurtre de Maëlys de Araujo, a défendu avec force son client sur le plateau de BFMTV. Si devant Ruth Elkrief, il a alimenté la thèse d'une disparition de l'enfant entre 3h15 et 3h30 –défendue par plusieurs témoins et qui disculperait Nordahl– il s'est aussi emporté sur la fameuse "photo" (en fait une image de vidéosurveillance) d'une voiture prise à 2h47 dans le centre de Pont-de-Beauvoisin (côté Savoie, deux communes homonymes existent des deux côtés de la rivière le Guiers, en Isère et en Savoie).

Il a critiqué l'illustration faite par BFMTV –il est vrai assez suggestive– montrant une silhouette blanche d'enfant. Or, si Alain Jakubowicz admet que la voiture filmée (dont la plaque d'immatriculation est cependant invisible) serait celle de son client, il n'est pas selon lui en compagnie d'une petite fille. "Je vous le concède, ça pourrait être son véhicule. En revanche, venir dire qu'il s'agit d'une petite silhouette d'une enfant c'est contraire à la réalité objective", a-t-il asséné. L'avocat explique que sur la photo (qui n'a pas été diffusée dans les médias, seule des illustrations ont été publiées) le décolleté de la personne au siège passager n'est pas celui de Maëlys. La fillette portait en effet une robe blanche sans manche dont le col était au ras du cou. Or c'est un décolleté relativement plongeant, finissant à la naissance des seins qui serait sur le cliché.

Cette explication, si elle est avérée, est capitale. Cela signifierait en effet, si c'est bien l'Audi A3 de Nordahl Lelandais qui est visible sur cette pièce à charge, qu'il existe une personne qui pourrait totalement blanchir l'ancien militaire. Cette femme, si elle était aux côtés du suspect, lui donnerait un alibi imparable: s'il s'est absenté, ce n'était donc pas en emportant avec lui l'enfant. Dans cette hypothèse, l'horaire de la disparition importerait même peu. Et si la femme qui a été repérée par la caméra à 2h47 dans les rues désertes de la commune n'avait aucun rapport avec l'ancien militaire, cela pourrait confirmer que ce n'est pas sa voiture. Cela n'écarterait pas la possible implication du suspect –il pourrait être parti dans une autre direction– mais mettrait à mal l'accusation qui soutient mordicus que le véhicule est bien celui de Nordahl Lelandais.

Lire aussi: Affaire Maëlys: l'avocat du suspect remet en cause l'enquête

Seulement, aucune personne ne s'est manifestée pour l'instant comme étant la personne portant ce "décolleté de femme" selon les mots de l'avocat. Et le suspect ne donnera aucun nom puisqu'il a assuré jeudi 30 novembre, devant les juges, qu'il ne s'agissait pas de sa voiture. Une incohérence d'ailleurs troublante avec les propos d'Alain Jakubowicz qui "concède" donc que l'Audi A3 "pourrait être" celle de son client… sans l'affirmer avec certitude.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Pour Alain Jakubowicz ce n'est pas Maëlys mais une femme adulte qui se trouve sur le siège passager de la voiture qui appartiendrait à Nordahl L.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-