Un enfant de 8 ans, soupçonné d'être homosexuel, torturé à mort: la mère devant la justice

Un enfant de 8 ans, soupçonné d'être homosexuel, torturé à mort: la mère devant la justice

Publié le 19/02/2018 à 15:59 - Mise à jour à 16:14
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Une mère de famille a comparu jeudi devant la justice de Californie pour complicité dans la mort de son petit garçon de huit ans, des suites de tortures en 2013. Son mari a déjà été condamné à mort.

Pour les faits abominables qui s'étaient déroulés en 2013, le beau-père a déjà été condamné à mort par la justice américaine. C'est maintenant à la mère de faire face à la justice.

Pearl Sinthia Fernandez devait en effet répondre de complicité pour la mort de son petit Gabriel, âgé de huit ans et massacré par son beau-père un jour de mai 2013. Ce jour-là, les secours découvrent à Palmdale, en Californie, un enfant mort après que les parents aient appelé les secours. Le garçonnet avait le crâne fracturé, les côtes cassées, la peau brûlée et plusieurs dents arrachées. Il était déjà trop tard pour le sauver.

Rapidement, les enquêteurs vont comprendre que le petit est mort sous les coups de son beau-père qui l'a torturé à plusieurs reprises. Les investigations ont montré que l'homme, un trentenaire d'origine hispanique, battait régulièrement l'enfant et l'obligeait le soir à dormir chevilles et poignets entravés, une chaussette dans la bouche.

Lire aussi: une nounou violée devant des enfants sous la menace d'une machette

Mais pourquoi l'homme détestait-il à ce point cet enfant à qui il faisait subir les pires horreurs sous les yeux de la mère qui n'est jamais intervenue? La brute, répondant au nom d'Isauro Aguirre, pensait que le petit Gabriel était homosexuel. La cause de soupçon? Il jouait avec des poupées, tout simplement. Et en le "corrigeant" de la sorte, le meurtrier espérait le faire rentrer dans le "droit chemin". Il a juste provoqué sa mort dans d'atroces souffrances. La justice l'a envoyé dans le couloir de la mort en décembre 2017.

La mère, elle, a décidé lors de la première audience jeudi 15 de plaider coupable. Elle admet donc sa responsabilité dans la mort de son enfant pour n'être jamais intervenue. La femme aujourd'hui âgée de 34 ans connaîtra sa sentence en juin. Elle risque la prison à perpétuité.

Un dernier procès aura lieu: il devra statuer sur la culpabilité de quatre travailleurs sociaux accusés d'avoir négligé les messages d'alerte. Ils ont plaidé non coupable.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Aux Etats-Unis, une mère de famille est devant la justice depuis jeudi. Elle est accusée de complicité dans la mort de son petit garçon, décédé sous la torture car ses parents le pensaient homosexuel.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-