Pourquoi la plainte pour viols contre un entraîneur de Créteil a été oubliée?

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 10 avril 2018 - 17:02
Image
Magistrats et avocats se mobilisent vendredi avant la présentation du projet de réforme de la justice en Conseil des ministres prévue le 18 avril.
Crédits
© DAMIEN MEYER / AFP
La plainte d'une jeune femme, qui a accusé en juin 2017 son entraîneur de l'US Créteil de trois viols, n'a été traitée qu'en mars.
© DAMIEN MEYER / AFP
Une jeune femme, licenciée du club d'athlétisme de l'US Créteil, a porté plainte en juin 2017 contre son entraîneur, Giscard Samba, qu'elle accuse de trois viols. Mais le parquet n'a été avisé qu'en mars et une enquête a enfin été ouverte. Un retard, ou plutôt oubli, de neuf mois qui dérange.

"Un gros couac" ou un simple oubli? Le Parisien a révélé lundi 9 qu'une plainte pour viols déposée par une jeune sprinteuse de 21 ans à l'encontre de l'entraîneur d'athlétisme de l'US Créteil, Giscard Samba, avait été oubliée dans les locaux de la police pendant neuf mois.

Que s'est-il passé? Pourquoi une plainte déposée en juin 2017 n'a permis l'ouverture d'une enquête pour viol, agression sexuelle et harcèlement sexuel, qu'au mois de mars? Il s'agirait d'une "grosse boulette" de la policière qui a pris la plainte, selon une source proche de l'affaire citée par le quotidien.

Lire aussi: accusations de viol - pour Gérald Darmanin, la plaignante lui a fait des "avances"

Retour sur les faits. C'est le 19 juin que la jeune femme, dont l'identité est restée secrète, a porté plainte contre Giscard Samba, qu'elle accuse de trois viols qui se seraient déroulés entre avril et juillet 2016.

Une fois passée au commissariat, elle pense que sa plainte est prise en charge et qu'elle est traitée par la justice. Mais selon le quotidien, la fonctionnaire de police qui a enregistrée la plainte n'a pas avisé le parquet de Créteil comme cela est pourtant imposé.

Elle aurait aussi invité la plaignante à se faire examiner par les médecins de l'unité médico-judiciaire, mais personne n'a jamais demandé les résultats.

Autre élément: elle "aurait annexé au procès-verbal des notes de la plaignante, ce qui est interdit", comme le souligne Le Parisien.

Le parquet est sourd aux sollicitations médiatiques et cherche à comprendre comment un tel oubli de neuf mois a pu se produire.

"C’est un gros couac, il n’y a aucun doute là-dessus. Mais les faits de viol ne sont pas toujours clairs et leur qualification est parfois difficile à établir", a expliqué un des enquêteurs.

En effet, les faits reprochés concernent des viols par sidération. La victime, trop effrayée par son agresseur, n'aurait pas su manifester son refus d'avoir une relation sexuelle avec lui. Giscard Samba a été suspendu à titre conservatoire par l'US Créteil.

À LIRE AUSSI

Image
Magistrats et avocats se mobilisent vendredi avant la présentation du projet de réforme de la justice en Conseil des ministres prévue le 18 avril.
Viols et violences sur sa fille: la mère condamnée
Une femme âgée d’une quarantaine d’années a été condamnée à quatre ans de prison, dont 18 mois avec sursis, pour des relations sexuelles imposées et des violences répé...
06 avril 2018 - 13:43
Société
Image
La tour Eiffel se reflète dans les vitres d'un camion de pompiers, le 10 août 2010 à Paris
Agressions sexuelles: une femme pompier porte plainte contre ses supérieurs
Une jeune femme pompier de Paris a porté plainte lundi contre deux de ses supérieurs hiérarchiques qu'elle accuse d'agressions sexuelles, selon une information rapport...
09 mars 2018 - 11:47
Société
Image
Dès 2018, les crédits affectés au parc immobilier de la police grimperont de 5% par rapport à 2017 pour s'établir à 196 millions d'euros et de 9% pour la gendarmerie (101 millions d'euros), selon le m
Pau: la police refuse d'enregistrer la plainte d'un SDF violemment agressé
Un sans-abri de Pau, agressé dans la rue, a été refoulé à quatre reprises du commissariat où il comptait porter plainte dimanche dernier. Les motifs évoqués par les po...
02 mars 2018 - 11:12
Société
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don