Rennes: condamné pour avoir défiguré le compagnon de son ex

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Rennes: condamné pour avoir défiguré le compagnon de son ex

Publié le 14/11/2018 à 11:20 - Mise à jour à 11:23
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Un trentenaire a été condamné mardi à de la prison ferme par le tribunal correctionnel de Rennes. Il était soupçonné d'avoir défiguré le compagnon de son ex. Elle l'avait retrouvé inanimé et baignant dans une marre de sang vendredi.

Vu la gravité des faits, il était jugé en comparution immédiate. Un homme a été condamné à de la prison ferme mardi 13 par le tribunal correctionnel de Rennes pour avoir violemment agressé le nouveau compagnon de son ex-femme vendredi 9.

Le trentenaire s'était présenté au domicile du couple dans l'espoir de voir sa fille, comme il l'a expliqué à la barre. Mais il a indiqué avoir dû riposter aux coups du nouveau compagnon de son ex-femme, qui habite dans un appartement de la rue Aristide Briand.

Résultat: le nouveau conjoint a subi un véritable déferlement de violence. Il souffre encore de multiples fractures au visage et un médecin lui a prescrit 35 jours d'incapacité totale de travail.

A voir aussi: Un jeune homme tue sa mère et viole son cadavre sur "les conseils" d'un sorcier

L'ancien compagnon a quant à lui pris la fuite sans prévenir les secours. C'est la femme qui a découvert son conjoint dans un piteux état, baignant dans son sang, lorsqu'elle est rentrée au domicile familial.

Ce n'est pas la première fois que le père de famille a affaire à la police. Dix jours avant l'agression, il était en garde à vue pour… harcèlement et violences conjugales, a révélé Ouest-France. Le couple est séparé depuis le mois de juin et depuis, les policiers ont dû intervenir une dizaine de fois pour séparer l'homme violent et son ex-femme.

Il s'est finalement rendu lui-même au commissariat trois jours après les faits, qu'il a reconnu. Le tribunal l'a condamné à trente mois de prison dont neuf avec sursis.

A lire aussi:

Seine-Maritime: une interpellation "sans violences" lui débloque les cervicales

Angoulême: la dentiste roumaine coupable de violences, "une vraie boucherie"

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


L'homme qui a roué de coup le nouveau compagnon de sa femme était connu des services de police.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-