Syndrome du choc toxique: le mannequin Lauren Wasser va se faire amputer de sa deuxième jambe (photo)

Syndrome du choc toxique: le mannequin Lauren Wasser va se faire amputer de sa deuxième jambe (photo)

Publié le 22/12/2017 à 12:51 - Mise à jour à 13:01
©Lauren Wasser/Instagram
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Le mannequin américain Lauren Wasser, victime du syndrome du choc toxique lié aux règles, va se faire amputer de sa deuxième jambe. Elle l'a annoncé mercredi. Sa maladie infectieuse est due à l'usage de tampons hygiéniques.

Elle veut alerter les femmes du monde entier. Lauren Wasser, un mannequin américain de 24 ans, est atteinte du syndrome du choc toxique lié aux règles depuis maintenant cinq années. Elle a déjà dû se faire amputer une jambe à cause de cette rare maladie infectieuse. Mercredi 20, elle a annoncé au Washington Post que sa deuxième jambe allait aussi lui être enlevée.

"Ma jambe gauche est un ulcère ouvert qui n'a ni talon ni orteil. Au fil des années, mon corps a produit beaucoup de calcium, ce qui fait que mes os poussent sur ce pied. En gros, mon cerveau dit à mes orteils de repousser, et je suis arrivée au point où j'ai dû subir une opération chirurgicale pour enlever ces os car c'était impossible de marcher. Je ne peux pas mouiller mon pied parce que c'est un ulcère ouvert. Dans quelques mois, je vais inévitablement devoir amputer mon autre jambe. Il n'y a rien que je puisse faire à ce sujet. Mais ce que je peux faire, c'est aider à faire en sorte que cela n'arrive pas à d'autres personnes", a-t-elle témoigné dans les colonnes du média américain.

A voir aussi: SNCF: amputé des 4 membres et sommé de montrer sa carte d'invalidité...

La maladie infectieuse est provoquée par l'usage de tampons hygiéniques. La composition chimique de ceux-ci peut parfois (très rarement) provoque la propagation de staphylocoques dorés dans le vagin et ensuite dans le sang.

Lauren Wasser, qui est déjà amputée des orteils de son pied gauche, se considère désormais comme une "activiste" et veut partager son histoire auprès du plus grand nombre pour sensibiliser la population sur sa maladie qui a "tué et blessé des femmes pendant 30 ans". Elle lutte aussi auprès des grands distributeurs de tampons hygiéniques pour qu'ils révèlent précisément la composition de leurs produits.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Lauren Wasser est atteinte du syndrome du choc toxique depuis cinq ans, l'une de ses jambes a déjà été amputée.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-