Toulouse: ils appellent leur enfant Jihad, le prénom signalé au procureur

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Toulouse: ils appellent leur enfant Jihad, le prénom signalé au procureur

Publié le 21/10/2017 à 10:49 - Mise à jour à 10:55
© JOEL SAGET / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un couple de Haute-Garonne, heureux parents depuis début août, ont choisi de nommer leur fils Jihad. Un prénom qui a sans surprise interpellé à l’état civil et qui a été signalé au procureur de la République. La justice devra donc définir si un tel nom peut nuire à l’intérêt de l’enfant, cas qui s’est déjà présenté par le passé.

Est-il légal d’appeler son enfant Jihad? C’est en tout cas le choix qu’a fait un couple de jeunes parents vivant à Léguevin (Haute-Garonne). Un prénom qui sans surprise a provoqué un début de polémique dans le contexte actuel d’attaques terroristes menées par des groupes "djihadistes".

L’enfant est né le 2 août dernier à Toulouse, c’est donc dans cette vile que ses parents l'ont déclaré à l’état civil, rapporte le site actu.fr. Le prénom a été enregistré, mais son originalité a retenu l’attention de l’officier d’état civil. Celui-ci n’a pas le pouvoir de refuser le prénom, mais il peut transmettre ses réserves via un signalement au procureur de la République. Celui-ci peut ensuite saisir le juge aux affaires familiales qui peut demander la suppression du prénom sur les registres de l'état civil. Ce sera donc à la justice de définir si ce prénom est autorisé.

Il est important de noter que si le terme "jihad" (ou djihad) évoque aujourd’hui la "guerres sainte" que prétendent mener plusieurs groupes islamistes radicaux au premier rang desquels l’Etat islamique, ce n’est pas le sens premier de ce mot. Son étymologie en fait un synonyme de "lutte", mais dans le sens de l’effort et de l’abnégation et non dans celui de la violence.

Il n’en reste pas moins que le choix de ce prénom soulève des interrogations légitimes. La justice peut en effet refuser l’octroi d’un prénom si celui-ci nuit à l’intérêt de l’enfant. La question est donc de savoir si le petit Jihad subira un préjudice du fait de son patronyme.

L’appréciation en la matière se fait forcément au cas par cas. Titeuf, Fraise ou les jumeaux Joyeux et Patriste ont ainsi été refusés. En revanche, le cas de Jihad ne devrait pas poser de problème. Si le prénom est relativement rare, le cas s’est déjà présenté et la justice n’avait pas obligé les parents à changer le prénom.

A noter que si des parents refusent de se soumettre à une décision de justice et à choisir un autre prénom, le juge peut en octroyer un lui-même. 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La justice peut refuser un prénom si celui-ci est contraire à l'intérêt de l'enfant.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-