Un bébé décapité pendant l'accouchement, la médecin réfute toute faute

Un bébé décapité pendant l'accouchement, la médecin réfute toute faute

Publié le 15/05/2018 à 12:04 - Mise à jour à 12:15
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Vaishnavy Laxman, médecin obstétricienne, est jugée depuis jeudi en Angleterre pour avoir accidentellement décapité un bébé pendant l'accouchement de sa mère, en mars 2014. Mais elle réfute depuis le début toute faute, assurant que l'enfant était mort-né.

Âmes sensibles s'abstenir. C'est un procès de l'horreur qui s'est ouvert à Manchester, dans le nord-ouest de l'Angleterre, jeudi 10: celui d'une obstétricienne, jugée pour avoir décapité un bébé pendant l'accouchement un jour de mars 2014.

Suspendue depuis, Mme Laxman a toujours réfuté toute faute, assurant que le bébé -un petit garçon prématuré de 25 semaines- était déjà mort-né. La jeune maman, qui n'avait que 30 ans à l'époque, et vit un cauchemar depuis ce jour-là, refuse de l'entendre.

L'avocat de l'ordre des médecins Charles Garside l'a soutenue le premier jour du procès et a martelé: "Le cœur du bébé battait. Faiblement, mais il n'était pas mort. Le Dr Laxman a fait le choix de procéder à un accouchement par voie basse et c'était un mauvais choix", a déclaré le conseil cité par The Independent.

Lire aussi: Chine - un bébé naît quatre ans après la mort de ses parents

Les collègues du Dr Laxman avaient pourtant préconisé une césarienne mais cette dernière a insisté pour un accouchement naturel, alors que le col n'était ouvert qu'à 3 cm et que le bébé n'était pas retourné.

"Je l’ai mise en garde au moins trois ou quatre fois contre un accouchement naturel", a témoigné Yeswanthini Bhushan, un médecin venu l'assister en cours d'accouchement.

L'issue a été terrible. Le Dr Laxman a insisté, demandé à la maman de continuer à pousser malgré les souffrances (elle n'avait eu qu'un spray sur la langue pour "calmer" la douleur), et a commencé à tirer sur les jambes du bébé et a tourné son torse.

Pendant qu'elle forçait pour faire sortir le petit garçon, elle a incisé l'utérus à trois reprises. A un moment, la tête a été littéralement arrachée et est restée coincée dans l'utérus. Ce n'est qu'à ce moment-là que la jeune femme a été anesthésiée et qu'une césarienne a été pratiquée pour récupérer la tête.

Comble de l'horreur, le Dr Laxman a demandé à ses assistants de recoudre la tête au corps pour que la maman puisse tenir son enfant dans ses bras.

La patiente, dont l'identité a été tenue secrète, a expliqué qu'après son réveil, le Dr Laxman s'est assise sur le bord de son lit pour lui expliquer que son bébé était mort: "Elle a dit qu'elle était désolée pour ce qui s'était passé. (…) Quand j'ai découvert l'étendue des blessures de mon bébé, je me suis effondrée. J'étais très en colère face à la gravité de ses blessures".

"Je ne vous pardonnerai jamais", a déclaré cette maman en deuil, en regardant droit dans les yeux son obstétricienne, qui risque une radiation de l'ordre des médecins.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




En 2014, un bébé est décédé après avoir eu la tête décapitée pendant l'accouchement. La médecin réfute toute faute.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-