Un chirurgien s'amusait à graver ses initiales sur le foie de ses patients

  •  Soutenez l'indépendance de FranceSoir, faites un don !  

Un chirurgien s'amusait à graver ses initiales sur le foie de ses patients

Publié le 14/12/2017 à 11:43 - Mise à jour à 12:00
©US Navy
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Devant les juges de la cours de Birmingham (Grande-Bretagne), un chirurgien de 53 ans a reconnu avoir gravé ses initiales au laser sur le foie de deux de ses patients au cours de sa carrière. Pour "signer" son travail, il a expliqué avoir utilisé un laser à gaz argon.

Il s'est senti l'âme d'un artiste et a voulu signer son œuvre. Devant les juges de la cours de Birmingham (Grande-Bretagne), un chirurgien de 53 ans a reconnu avoir gravé ses initiales au laser sur le foie de deux de ses patients au cours de sa carrière. Pour "signer" son travail, il a expliqué avoir utilisé un laser à gaz argon, utilisé habituellement pour mettre un terme aux saignements.

Pendant longtemps, personne ne savait ou n'a révélé ce qu'il faisait en douce. Seulement voilà: l'un de ses patients a dû repasser sur le billard quelques mois plus tard, une opération pendant laquelle le nouveau chirurgien a découvert "l'œuvre" de son prédécesseur: les lettres "SB" étaient inscrites sur son foie. Une gravure pour laquelle le chirurgien n'avait pas le consentement de ses patients.

Pour le procureur, Tony, Badenoch, ces actes étaient "délibérés et conscients". "Le fait pour le Dr Bramhall de graver ses initiales sur le foie d'un patient n'était pas un incident isolé, mais un acte répété à deux occasions, nécessitant compétence et concentration", a-t-il expliqué précisant que cela "a été fait en présence de collègues".

A lire aussi - Il se fait tatouer "ne pas réanimer" sur son torse, il meurt à l'hôpital

Durant l'audience, il a également estimé que cette affaire était "hors du commun et complexe" et "sans précédent légal dans le droit pénal". "Le plaidoyer de culpabilité vaut acceptation que ce qu'il a fait n'était pas seulement contraire à l'éthique, mais aussi répréhensible sur le plan pénal", a-t-il ajouté.

En attendant le verdict prévu le 12 janvier prochain, le praticien a obtenu d’être maintenu en liberté sans caution. Il a plaidé coupable de deux chefs d'inculpation, pour coups et blessures. 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Un chirurgien est jugé pour avoir gravé ses initiales sur le foie de plusieurs patients.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-