Un collège de Créteil interdit les couleurs de cheveux "extravagantes"

Un collège de Créteil interdit les couleurs de cheveux "extravagantes"

Publié le 08/01/2019 à 17:16 - Mise à jour à 17:37
© Richard BOUHET / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Le collège De Maillé à Créteil a pris la décision fin décembre d'interdire les colorations de cheveux jugées trop excentriques. Une décision qui a suscité des réactions mitigées mais qui n'est pas un cas isolé.

Les colorations de cheveux trop excentriques sont désormais interdites au collège De Maillé à Créteil (Val-de-Marne). La direction de cet établissement privé catholique a décidé d'inclure les "manifestations capillaires" fantaisistes dans la liste des tenues interdites fin décembre. Une mesure qui a suscité des réactions mitigées parmi les élèves, parents ou enseignants.

L'établissement a expliqué dans un message aux parents ne plus vouloir "des fantaisies, voire des extravagances qui ne sont pas adaptées au cadre scolaire, comme le stipule le code de vie (du collège)".

Voir: Val-de-Marne - les fillettes interdites de short à l'école, les parents d'élèves s'énervent

Cette règle n'imposerait donc pas d'arborer nécessairement sa couleur de cheveux naturelle, mais de céder à la mode des chevelures roses ou bleues, assez peu présentes pour l'instant, mais "nous voulons éviter qu’il y en ait davantage", a expliqué la directrice du collège au Parisien. "C’est du même ordre que les jeans troués, cela fait partie du règlement intérieur. On ne peut pas se vêtir n’importe comment. Nous sommes loin d’être une exception".

La mesure peut paraître sévère. Elle n'est cependant pas un cas isolé. Même dans les établissements publics, la direction dispose en effet d'un large pouvoir d'appréciation de ce qu'est une "tenue correcte", seule indication donnée par la loi. Certains établissement ont ainsi pu proscrire les joggings, baskets ou jeans troués. Invoquant les règles de sécurité ou l'interdiction des signes religieux ostentatoires, d'autres ont également par le passé interdit les boucles d'oreilles ou les robes longues.

Lire aussi:

L'entrée du château de Versailles lui est refusée à cause de sa robe (photo)

Les inégalités hommes-femmes s'installent dès l'enfance, pointe une enquête de l'Unicef

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La direction d'un collège de Créteil a jugé que les couleurs de cheveux extravagantes étaient contraire au régalement intérieur.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-