Les soignants non-vaccinés de l'hôpital Nord Franche-Comté ne seront finalement pas radiés

Les soignants non-vaccinés de l'hôpital Nord Franche-Comté ne seront finalement pas radiés

Publié le 09/12/2021 à 16:31 - Mise à jour le 10/12/2021 à 11:20
Facebook HNFC
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Une vingtaine de salariés au sein de l’hôpital Nord-Franche Comté étaient concernés par une mise en demeure suite à leur refus de la vaccination contre le Covid-19. Ce jeudi 9 décembre, l’hôpital annonce que ces mises en demeure seront finalement annulées.

Le déclenchement du plan blanc à l'HNFC depuis mardi 7 décembre, consécutif à la gravité de la crise épidémique, ainsi que les fortes tensions sur les effectifs exigent que le climat social de l’établissement soit le plus serein possible et concentré sur toutes les mesures d’exception que nous aurons à prendre au cours de ces prochaines semaines. En conséquence, il ne sera donné aucune suite aux décisions de mise en demeure adressées aux personnels encore suspendus. Celles-ci seront donc annulées. Le directeur général de l’HNFC évoquera avec chacun des agents concernés tous les moyens qui leur permettront de sortir de cette situation inextricable, dans le respect de l’obligation vaccinale », explique l’hôpital Nord-Franche Comté dans un communiqué annonçant sa décision.

L'hôpital temporise : la radiation est écartée

Alors qu’un plan blanc a été généralisé à l’ensemble de la région Bourgogne Franche-Comté, la vingtaine de salariés ayant reçu une mise en demeure, devaient initialement se présenter à leur poste le 15 décembre (mercredi prochain) en étant vaccinés. En cas de non-vaccination à la date fatidique, ils auraient été considérés en abandon de poste, première étape vers le licenciement.

Une cinquantaine de professionnels avaient déjà été suspendus sans salaire. Depuis, une trentaine se sont fait vacciner. Pour la vingtaine restante, le risque de radiation était encore bien présent seulement quelques jours plus tôt, rapporte France 3 Bourgogne Franche-Comté.

En effet, Pascal Mathis, le directeur de l’hôpital, expliquait dans une conférence de presse le 7 décembre que les salariés n’ayant pas reçu un schéma vaccinal complet encouraient la radiation. « Nous appliquons la loi depuis le 9 août dernier, à savoir respecter l'obligation vaccinale » déclarait-il, soulignant que la vaccination est « exigible depuis le 15 septembre ».

Finalement, il en a été autrement : les salariés suspendus, travaillant pour la plupart dans des services administratifs (France 3), resteront donc suspendus pour le moment, sans risquer la radiation initialement prévue. Une manière pour l'hôpital de temporiser un peu ? Selon Céline Durosay, vice-présidente de Coordination nationale infirmière (CNI) de Trévenans, les intéressés devraient bénéficier d'une disponibilité, leur permettant de chercher une autre voie de sortie, et à l'établissement de trouver des remplaçants.

NDLR — Erratum
Dans le paragraphe ci-dessus, nous écrivions le 09/12/21 : " les salariés suspendus, travaillant pour la plupart dans des services administratifs (France 3), seront réintégrés." À la demande de l'hôpital, nous avons modifié le texte ce jour (10/12/2021 à 11:15).

Peur d'une surcharge de l’hôpital

« On craint ici un doublement des hospitalisations chaque semaine », redoute Céline Durosay. Selon France 3 BFC, le taux d’hospitalisation dans le territoire de Belfort a bondi de 40% en une semaine.

Selon la vice-présidente du CNI HNFC : « Tant que les personnes sont suspendues, mais encore en poste, l’hôpital ne peut recruter de manière pérenne. »

On avait appris récemment que dans ce même hôpital, des soignants positifs aux tests covid mais sans symptômes pouvaient continuer d'exercer et avaient été rappelés, une mesure d'exception pour faire face à la pénurie de personnel. 

En Guadeloupe, la forte réticence des soignants à l'injection obligatoire avait conduit les autorités à reculer la date d'entrée en vigueur de l'obligation, et même dans l'intervalle à faire travailler des soignants non-vaccinés. Pour la métropole, alors que, covid ou pas, l'hôpital est toujours sous forte tension, l'hôpital de Belfort fera-t-il des émules ?

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'hôpital de Franche-Comté

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-