Révolution dans le stockage de données : les archives nationales encodent de l’ADN !

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 25 novembre 2021 - 11:15
Image
ADN
Crédits
Unsplash
Un algorithme est chargé de convertir les données et de générer des séquences ADN.
Unsplash

Grâce à la biologie moléculaire, on peut désormais encoder des informations sur de l’ADN. Le procédé, relativement simple, permettrait d’assurer la pérennité des données d’un côté et représenterait une solution plus écologique, économique et accessible à tous que le stockage numérique. Les archives nationales ont ouvert la voie en archivant, dans de l’ADN, la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, et la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, rédigée par Olympe de Gouges en 1791.

Une procédure qui pourrait révolutionner le support d’information

La donnée numérique binaire (0 ou 1) est transformée en donnée quaternaire (les quatre nucléotides de l’ADN : A,T,C G où A=C=0 et T=G=1 pour un code à 1 bit/base). Un algorithme est chargé de convertir les données et de générer des séquences ADN au format DNA Drive. « La séquence est ensuite stockée, comme dans le vivant, sur de longs fragments d’ADN en double hélice, appelés plasmides ou chromosomes », précise Stéphane Lemaire pour le journal CNRS. Les molécules d’ADN du DNA Drive sont conçues pour être manipulables par des cellules, comme des bactéries, qui ont la possibilité de copier ou d’éditer l’information ainsi encodée. Elles sont également bio-sécurisées afin que l’ADN ne porte aucune information génétique biologiquement significative. Pour lire l’information, il faut récupérer les molécules d’ADN, stockées dans une capsule métallique, et les déposer sur un séquenceur d’ADN nomade (le même dispositif que pour identifier, par exemple, des variants du coronavirus). L’appareil fait aujourd’hui la taille d’une clé USB, se branche sur l'ordinateur, et analyse cet ADN pour décoder l'information.

Un archivage écologique mais cher

"En matière de stockage de données générées, nous vivons à crédit depuis quelques années", alerte Stéphane Lemaire. "Si nous sommes aujourd’hui capables d’en stocker 30 %, sans rupture technologique, ce chiffre pourrait tomber à 3 % dans les prochaines décennies", l’ADN pourrait résoudre ces problèmes, car il peut être conservé à température ambiante sans apport d'énergie. L'ADN pourrait rester stable pendant plus de 50 000 ans. Cependant, la solution n’est pas encore très accessible : alors que le coût de stockage sur un disque dur est de 100 euros par téraoctet, le stockage dans l'ADN s'élève à 1 000 euros par mégaoctet !

À LIRE AUSSI

Image
Pr Montagnier
Pr Luc Montagnier au Défi de la vérité : "la vie utilise les virus pour faire de grandes choses"
Le professeur Montagnier a de nouveau relevé le Défi de la vérité pour venir parler de ses recherches sur le génome humain et la transmission du coronavirus.S'il pense...
27 mai 2021 - 14:13
Vidéos
Image
Zuckerberg face à son meta
Metaverse, le Moloch des données personnelles
TRIBUNE — La semaine dernière, devant le Sénat italien, le philosophe italien Giorgio Agamben a posé la question que plusieurs se posent sans oser la formuler. Et“si l...
11 novembre 2021 - 12:00
Société
Image
polygraphe
Détecter les mensonges avec plus de précision en analysant les muscles du visage
Des chercheurs de Tel Aviv en Israël affirment avoir trouvé, grâce à l'intelligence artificielle, une nouvelle manière de détecter plus efficacement les mensonges lors...
22 novembre 2021 - 17:04
Société

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.