"Nous ne sommes pas là pour emmerder les non-vaccinés", Bruno Attal du syndicat France Police

"Nous ne sommes pas là pour emmerder les non-vaccinés", Bruno Attal du syndicat France Police

Publié le 10/01/2022 à 20:40
F. Froger / D6, pour FranceSoir
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir

Cet espace d’opinion permet la libre expression des idées et d’engendrer le débat. Les articles et vidéos publiés dans cette rubrique peuvent parfois ne pas faire consensus, en savoir plus

-A +A

Secrétaire national du syndicat « France Police - policiers en colère », nous avons reçu Bruno Attal afin qu'il revienne sur sa participation à la manifestation de ce samedi 8 janvier. Aux côtés d'environ 250 autres policiers, derrière la bannière du syndicat, il se démarquait des autres syndicalistes majoritaires en marchant avec les citoyens, contre le passe vaccinal.

Plutôt que d'aller contrôler le Français lambda pour savoir s'il a bien son passe sanitaire ou s'il porte bien son masque, Bruno Attal aimerait plutôt que la police aille contrôler les réseaux de drogue, par exemple. Aussi se place-t-il du côté des « petites gens », refusant de jouer le jeu du gouvernement, qui consisterait à verbaliser uniquement « ceux qui peuvent payer, mais ne créent pas d'ennui ».

« Nous ne sommes pas là pour emmerder les non-vaccinés, mais pour protéger les Français », pouvait-on lire sur le compte Twitter du syndicat.

« Dix millions de personnes qui se sont senties insultées »

Les policiers, s'ils ne sont pas légalement obligés de se faire vacciner pour exercer leur métier, subissent toutefois les mêmes pressions sociales ou administratives quand ils ne le sont pas. « Derrière la banderole, les gens venaient pleurer dans mes bras », nous confie-t-il. « En général ce sont des braves gens qui n'ont jamais porté préjudice à la société et qui sont devenus des parias. En plus, ils acceptent les restrictions qu'on leur impose. C'est-à-dire qu'on insulte des gens qui ne commettent pas d'infractions », ajoute-t-il pour expliciter sa pensée.

Finalement, c'est pour porter un message d'unité et de soutien que Bruno Attal est allé manifester : « Je veux faire partie des parias. Quand on stigmatise une partie de mes compatriotes, que je sois d'accord ou pas avec eux, en général je me mets du côté des plus faibles. C'est peut-être un trait de caractère de notre syndicat aussi. De toute façon, les vaccinés deux doses d'aujourd'hui seront les parias de demain... »

« Ces lois sont immorales, mais légitimes »

Vers une fin des contrôles sanitaires ? Bruno Attal nous répond mi-figue mi-raisin : « Ces lois sont immorales, à mon sens, mais légitimes, car elles sont passées devant les deux chambres, et le Conseil constitutionnel. En définitive, c'est au policier de savoir s'il veut verbaliser ou pas, mais il pense toujours aux répercussions que cela peut avoir s'il n'obéit pas... »

Par ailleurs, il déplore le fait qu'aujourd'hui, la police n'ait le droit à aucune erreur. Pour grossir le trait, s'ils font du zèle contre les ordres, ils subissent les pressions administratives et sont empêchés par leurs supérieurs, et s'ils font du zèle en respectant trop les ordres, c'est en pâture médiatique qu'ils sont jetés, aussitôt catégorisés « d'extrême droite ». « Les policiers sont effondrés quand ils voient un voyou donner sa version des faits à la télévision sans aucun contradicteur. De mon côté, je sais que je suis dans le vrai, que mon combat est noble, parce que je me bats pour l'intérêt général » ajoute-t-il, sûr de lui.

Un caillou dans la chaussure de l'Élysée

« C'est quand même mon rôle de syndicaliste de dire ce que je pense. » Convoqué à l'IGPN le 26 janvier prochain notamment pour avoir manqué à son devoir de réserve, Bruno Attal « agace » désormais l'Élysée, selon le Parisien. C'est sa vidéo des « anti-flic d'or » qui lui vaut cette réputation. Une séquence humoristique dans laquelle il imagine un concours des personnalités publiques qui ont fait le plus de mal à la police. Dans cette dernière, il n'épingle pas moins que le président de la République Emmanuel Macron, le garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti et le président de LREM Christophe Castaner, entre autres politiciens, célébrités, et journalistes.

La remise des prix est annoncée pour cette année 2022.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Bruno Attal, secrétaire national du syndicat France Police - policiers en colère, était sur le plateau de FranceSoir le 10 janvier 2022.

Newsletter





Commentaires

-

Je m'abonne à la Newsletter FranceSoir