Pr La Scola : "plaisir de tout faire à l'IHU" et limites de la vaccination de masse

Pr La Scola : "plaisir de tout faire à l'IHU" et limites de la vaccination de masse

Publié le 24/11/2021 à 20:33
Neyer Valeriano / FranceSoir
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

C'est dans un laboratoire de l'IHU que notre série marseillaise se poursuit : après Didier Raoult, le professeur Bernard La Scola, qui travaille dans ses équipes depuis... son internat, nous reçoit pour un debriefing.

Le spécialiste des cultures cellulaires, responsable de l'unité fonctionnelle de crise en maladies infectieuses, et du laboratoire P3 de l'IHU, un outil "exceptionnel" (1200 mètres carrés de surface utile !), relate le "plaisir de tout faire ici" : l'agilité de l'IHU, articulant recherche et soin, a été particulièrement mise à contribution dans la gestion du covid, une période "dure mais passionnante". Où en est-on alors qu'une remontée épidémique s'amorce ? Comment abordent-ils un éventuel afflux de malades avec l'hiver qui approche ?

Le professeur La Scola avait marqué les esprits en déclarant cet été : "Je ne vaccinerai pas mes gamins avec des vaccins ARN", qu'en est-il aujourd'hui avec quelques mois de recul supplémentaire ? Quels effets observés de la vaccination ? Ses réussites, ses limites ? Pas hostile au principe d'une troisième dose pour les personnes fragiles, il relativise l'efficacité de la vaccination de masse, notamment au regard des variants. Où en est-on avec ces derniers ? Sait-on pourquoi le variant delta est toujours dominant ? Il rappelle qu'il y aura d'autres variants, sur lesquels l'efficacité de la vaccination ne "peut aller que plus mal".

Un debriefing proposé en partenariat avec BonSens.org, qui est aussi l'occasion d'évoquer l'immunité cellulaire et les anticorps facilitants, sujet sur lequel il travaille : pour lui "il y a quelque chose, mais pas d'évidence" à ce stade.

Voir aussi : Marseille, épisode 3 - Mathieu Million : au plus près du patient

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Bernard La Scola, dans un laboratoire de l'IHU à Marseille, le 17 novembre 2021.

Newsletter





Commentaires

-

Je m'abonne à la Newsletter FranceSoir