"Le personnel souffre" : trois soignants dénoncent les dérives de l’hôpital depuis 20 ans

"Le personnel souffre" : trois soignants dénoncent les dérives de l’hôpital depuis 20 ans

Publié le 21/12/2021 à 17:06
F. Froger / D6
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir

Cet espace d’opinion permet la libre expression des idées et d’engendrer le débat. Les articles et vidéos publiés dans cette rubrique peuvent parfois ne pas faire consensus, en savoir plus

-A +A

« On ne peut plus travailler dans ces conditions ». Daniel et Myriam étaient venus en mai dernier sur notre plateau, les voici de retour accompagnés de Marc, et cette fois dans notre studio : les trois aides-soignants et infirmiers nous ont fait part de leur fatigue et de leur exaspération face aux politiques appliquées dans les hôpitaux.

Version courte des entretiens :

Représentants du personnel dans le syndicat Force Ouvrière, Daniel, Marc et Myriam viennent aujourd’hui, marqués par des années de combat, pour expliquer à la population l'envers du décor des hôpitaux de Paris.

Le délabrement de leurs conditions de travail se caractérise par une réduction du personnel ; ils sont contraints de fournir deux fois plus de travail qu’auparavant et n’ont plus le temps de prendre correctement soin des patients : « il faut arrêter de voir le patient comme un client, ce sont des patients avant tout et l'on doit être là pour eux, or on ne nous laisse pas cette possibilité ».

À l’hôpital psychiatrique Paul-Brousse de l'AP-HP (Assistance publique des hôpitaux de Paris), à Villejuif, comme ailleurs, les malades psychiatriques ont besoin de plus d’attention que d’autres patients. « C'est dangereux de ne pas pouvoir prendre le temps qu’il faut avec eux, mais on ne nous écoute pas », nous rapportent-ils.

Même s’ils font remonter les problèmes depuis la base, eux qui observent la réalité du terrain ne sont pas écoutés. Seul l’avis des dirigeants semble compter : « Historiquement, les dirigeants étaient des médecins, donc ça allait parce qu’ils savaient ce qu’on vivait, mais maintenant que ce sont des hommes d’affaires, ils n’ont aucun intérêt pour nous ».

Ces soignants se battent contre la politique de marchandisation de l’hôpital. Comme bien d'autres, l'institution hospitalière est vue comme un bien sur le marché : « l’hôpital doit être rentable, on ne fait que nous parler de budget et de dépenses alors qu’on leur dit qu’il y a des gens derrière […] On manque d’effectif, j’ai des collègues qui se retrouvent à enchaîner plusieurs nuits, on est tous à bout, il faut que les gens aient conscience de cela et se rebellent, parce que c’est leur système de santé dont on parle. Aujourd’hui, ils regardent, mais peut-être que demain, ce sera eux qui devront être soignés ».

L’autre point que Daniel, Marc et Myriam dénoncent est le fait que les médias ne les aident pas. Au contraire, ils ont plutôt tendance à prendre systématiquement le parti de l’hôpital : « Vous êtes les seuls qui nous ont répondu, mais même si on était prêt à vous accueillir dans l’hôpital, la direction ne voudrait jamais que l’on filme ce qu’il se passe là-bas ».

Nous vous proposons une version complète d'une heure ainsi qu'une version courte de dix minutes.

Version longue des entretiens de Daniel, Marc et Myriam :

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Daniel, Marc et Myriam témoignent : "la direction de l'hôpital ne voudrait jamais que l’on filme ce qu’il se passe là-bas"

Newsletter





Commentaires

-

Je m'abonne à la Newsletter FranceSoir