Au procès du 13-Novembre, le "double discours" de Brahim Abdeslam en question

Au procès du 13-Novembre, le "double discours" de Brahim Abdeslam en question

Publié le 26/11/2021 à 20:15 - Mise à jour le 27/11/2021 à 06:42
© Benoit PEYRUCQ / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Anne-Sophie LASSERRE, Alain JEAN-ROBERT - Paris (AFP)

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

"On avait tout sur un plateau d'argent mais on n'a pas su s'en servir": le procès des attentats du 13-Novembre a mis en lumière vendredi le "cafouillage" de la police belge qui avait relâché l'un des futurs kamikazes, Brahim Abdeslam.

L'exposé sur Brahim Abdeslam, qui s'était fait exploser au Comptoir Voltaire le 13 novembre 2015 après avoir mitraillé les terrasses parisiennes, s'est fait en l'absence de son frère cadet Salah Abdeslam qui, pour le deuxième jour consécutif, a refusé de comparaître à l'audience.

Avec quatre autres accusés - onze hommes comparaissent détenus au total - le seul membre encore en vie des commandos qui ont fait 130 morts à Paris et Saint-Denis protestait ainsi contre l'absence physique à la barre et l'anonymisation d'enquêteurs belges cités comme témoins.

C'est donc depuis Bruxelles et devant un box à moitié vide que le policier antiterroriste "440.232.779" revient, en visioconférence, sur son enquête démarrée, insiste-t-il à plusieurs reprises, au lendemain des attentats, le 14 novembre 2015.

"Abdeslam Brahim", dit l'enquêteur belge d'un ton haché, sans lever les yeux de ses notes, "est le premier individu que l'on voit" dans la vidéo de l'organisation Etat islamique (EI) revendiquant les attentats de Paris.

Auparavant, ce Français né dans la commune bruxelloise de Molenbeek, au passé de "petit délinquant", n'avait jamais fait partie de la "documentation antiterroriste", souligne l'enquêteur.

Le café "Les Béguines" - qu'il gérait avec son frère Salah Abdeslam - servait de "repère" pour la vente de drogue, apprendront les policiers. Il était aussi le lieu de "soirées vidéo" où Brahim Abdeslam visionnait la propagande de l'EI avec d'autres protagonistes du dossier, diront ces derniers.

Le président de la cour d'assises spéciale de Paris, Jean-Louis Périès, veut savoir si on peut déduire des investigations qu'il y avait un "double discours" de Brahim Abdeslam, une "taqiya" (dissimulation) de sa part sur son engagement jihadiste.

"Clairement, il prenait grand soin de cacher une partie de sa vie", opine le témoin.

Sur leurs strapontins, avocats de parties civiles et de la défense s'agitent.

- "Sous la main" -

Pourquoi Brahim Abdeslam, qui avait fait l'objet début 2015 d'un signalement pour une suspicion de départ en Syrie, n'a-t-il pas été "contrôlé" après une garde à vue neuf mois avant les attentats ?

Il avait été interpellé par hasard le 16 février 2015, quelques jours après son retour de Turquie, lors d'un contrôle dans une affaire de "roulage" - terme belge pour les infractions routières.

Dans ses affaires, sont saisis un téléphone et un document intitulé "La permission des parents pour faire le jihad". Interrogé à ce sujet par la police, Brahim Abdeslam répondra: "C'est un document qui démontre bien que je suis contre le jihad et contre les jeunes qui partent sans l'autorisation des parents".

Il expliquera aussi que s'il a eu des "idées radicales" par le passé il n'en a plus et qu'il "fume du shit tous les jours".

Un discours qui semble convaincre la police locale, qui relâche Brahim Abdeslam après son audition.

"On est d'accord qu'il se moque de vous là ?", demande au témoin l'un des avocats de Salah Abdeslam, Me Martin Vettes.

"Il se moque de la police de Bruxelles, oui", convient l'enquêteur, désireux de distinguer la "police locale" et les services antiterroristes.

L'autre avocate de Salah Abdeslam, Me Olivia Ronen, revient à la charge sur cette garde à vue et sur le "cafouillage" autour du téléphone saisi lors du contrôle routier.

Ce portable, qui n'a pas été analysé tout de suite, puis sommairement, contenait une conversation datée du 1er juillet 2014, entre Brahim Abdeslam et l'un de ses proches parti en Syrie, Abdelhamid Abaaoud, chef opérationnel présumé des attentats du 13-Novembre.

Dans cet échange, quelques jours après la proclamation du "califat" par l'Etat islamique, Abdelhamid Abaaoud invite son ami à "rejoindre l'armée d'Allah", à "déchirer des kouffars" (mécréants).

"On peut penser que les choses auraient pu se passer différemment si cette conversation avait été exploitée, si ce fil avait été tiré. (...) Elle aurait pu changer le cours des choses", commente Me Ronen.

Evoquant un "raté", une autre avocate de la défense, Ne Negar Haeri, se glace: "On l'avait sous la main cet homme. On avait tout sur un plateau d'argent mais on n'a pas su s'en servir. Ca fait froid dans le dos rétrospectivement".

Auteur(s): Par Anne-Sophie LASSERRE, Alain JEAN-ROBERT - Paris (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Croquis d'audience de Salah Abdeslan (g), lors du procès des attentats du 13 novembre 2015, le 2 novembre 2021 à Paris

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-