En Guadeloupe, des violences urbaines "planifiées et organisées"

En Guadeloupe, des violences urbaines "planifiées et organisées"

Publié le 22/01/2022 à 01:44 - Mise à jour le 27/01/2022 à 13:58
© - / ANONYMOUS/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Pointe-à-Pitre

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Les violences qui secouent la Guadeloupe depuis près de trois mois, sur fond de contestation de l'obligation vaccinale, ont été "parfaitement planifiées et organisées", avec notamment "l'implication active" d'un fonctionnaire de police, a accusé vendredi le procureur de la République.

Une information judiciaire a été ouverte, confiée à deux juges d'instruction, et huit personnes, interpellées lundi, ont été mises en examen après 96 heures de garde-à-vue. Quatre ont été placées en détention provisoire.

"Aucune scène de violence" y compris les plus récentes "n'a été spontanée" a insisté le procureur Patrick Desjardins. "Dans les surveillances qui ont été mises en place", suite aux premières émeutes de novembre, "nous avons compris qu'il était question d'un partage des rôles entre les jeunes", notamment des gangs de Baie-Mahault, de Pointe-à-Pitre et de Grand-Camp (aux Abymes, ndlr).

Après une nuit d'émeutes, fin novembre, émaillée de tirs contre les forces de l'ordre et où le SPIP (service pénitentaire d'insertion et de probation) a été incendié, "les investigations se sont intensifiées", tenues "dans le plus grand secret".

Car est apparu, selon le parquet, "la complicité, voire l'implication active d'un fonctionnaire de police", placé désormais sous mandat de dépôt.

"On est sur de la trahison", a précisé le procureur. "Nous savons qu'il était à l'origine de nombreuses opérations, celle contre le SPIP mais également de celle qui était prévue le 30 décembre dernier".

Ce jour-là, la manifestation du collectif d'organisations mobilisé contre l'obligation vaccinale devait arriver jusqu'à l'aéroport, "avec un mode opératoire déterminé entre les manifestants et les membres de gangs, qui eux devaient occuper les pistes avec des véhicules volés" et enflammés.

Des échauffourées ont eu lieu entre les manifestants et les forces de l'ordre. Le leader syndical Elie Domota avait été arrêté, puis libéré dans la soirée.

Par ailleurs, la sous-préfecture de Pointe-à-Pitre était une des prochaines cibles, selon l'enquête.

"Dans l'esprit des personnes impliquées l'objet de ces émeutes était clair" a encore expliqué le procureur. Si la "bataille idéologique" et l'obligation vaccinale de même que la question de la jeunesse, restent en toile de fond, "ce qui est sûr, c'est une volonté claire d'enrichissement".

Le but était d'obtenir "des sommes conséquentes de la part de grands groupes en échange de la promesse de ne pas lancer les émeutiers contre leurs intérêts", a ajouté le magistrat, sans donner d'autre précision.

D'autre part, a affirmé M. Desjardins, le but était de "bénéficier de subvention par le biais d'associations utilement créées à la faveur de négociations à venir, avec l'Etat, mais aussi à la faveur de relations parfois troubles avec certains élus locaux", via, des "pressions importantes".

A ce stade de l'enquête, 8 personnes ont été mises en examen notamment du chef d'"association de malfaiteurs en vue de commettre des crimes et délits en bande organisées".

Réagissant à ces mises en examen, le député Olivier Sevra a indiqué avoir rencontré certains jeunes "dans le cadre des négociations de sortie de crise" et désormais placés en garde à vue ou en détention préventive.

Il appelle à une "justice impartiale ne négligeant pas leur rôle dans ce processus d'apaisement et compte tenu de leur volonté de se réinsérer".

Toute la journée, devant le tribunal, une centaine de personnes, dont des leaders du syndicalisme local, était présente "en soutien" aux personnes déférées.

Auteur(s): Par AFP - Pointe-à-Pitre

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Capture d'écran montrant des manifestants pénétrant dans le Conseil régional de Basse-Terre, Guadeloupe, France, le 23 décembre 2021

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-