A Grasse, la récolte du jasmin bat son plein pour les 100 ans du Chanel N°5

A Grasse, la récolte du jasmin bat son plein pour les 100 ans du Chanel N°5

Publié le 27/08/2021 à 10:15 - Mise à jour à 12:03
© Valery HACHE / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Claudine RENAUD - Pégomas (France) (AFP)

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

AFP - "Légère au départ, l'odeur peut devenir persistante sur la peau avec un côté animal": près de Grasse, la cueillette du jasmin bat son plein pour le parfum Chanel le plus vendu au monde, le mythique N°5, qui fête ses 100 ans cette année.

Cultivée désormais sur moins d'une douzaine d'exploitations autour de cette ville, berceau historique de la parfumerie, la petite fleur blanche --Jasminum Grandiflorum pour les botanistes-- éclot la nuit et se ramasse le matin.

Un labeur éprouvant effectué à 90% par des femmes, courbées ou accroupies sous le soleil entre les rangées d'arbustes, exclusivement à la main et d'un geste répété des milliers et des milliers de fois puisqu'il faut 8.000 à 10.000 fleurs pour faire un kilo à la pesée en fin de matinée.

"Le jasmin, c'est plus délicat, plus long", avoue Colette Mul, 50 ans, dont la famille cultive des plantes à parfum depuis 1840, en exclusivité pour la maison Chanel depuis 1987, sur 20 hectares en passe de s'agrandir.

La récolte de jasmin s'étale de juillet à octobre et le noyau dur des saisonniers, 40 à 45 personnes, "revient chaque année", dit-elle, complété par des familles bulgares pour qui la rémunération est attractive, avec un salaire minimum français (Smic) valant quatre fois celui en cours dans leur pays, plus des primes de rendement.

"C'est de la patience, de la dextérité, de la souplesse", complète le mari de Colette, Fabrice, 56 ans. La fleur, dit-il, est si légère: "Tenez, mettez-la dans la main, vous ne la sentez même pas".

Il caresse un arbuste de la main: "On peut voir tous les stades de maturité des boutons. Les bourgeons sont rouges, ils éclosent blancs. Ceux qu'on va cueillir dans quinze jours ne sont pas encore formés". Sous ses pieds, l'irrigation souterraine au goutte-à-goutte permet une économie d'eau de 20%. Au loin, se dessine le massif du Tanneron où des plantations d'eucalyptus peignent un somptueux camaïeu de verts.

L'usine est à la sortie de la propriété, avec ses cuves en inox où les centaines de molécules composant l'odeur du jasmin sont extraites en plongeant les fleurs, sans les tasser, dans des bains successifs d'isohexane, un solvant chimique non cancérogène pour ceux qui le manipulent et qui a remplacé l'hexane il y a trois ans.

- "Comme un peintre" -

Si Grasse a préservé ses savoirs-faire, classés depuis 2018 au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco, sa production annuelle de jasmin, en perdition dans les années 1980, se limite à 13 tonnes, la majeure partie produite par Mul pour Chanel.

Le jasmin de Grasse reste cependant "probablement l'ingrédient le plus important du N°5", affirme Olivier Polge, le "nez" de Chanel. Il "nous a donné énormément de travail car il a été un peu en danger", ajoute le parfumeur qui ne l'utilise que dans l'extrait de N°5, à savoir "la formule la plus concentrée, la plus haut de gamme et qui est l'identité du parfum", mais pas dans l'eau de toilette.

Né en 1921 et novateur avec sa grammaire olfactive abstraite de 80 ingrédients, ne rappelant aucune fleur en particulier, le N°5 est le best-seller de Chanel, aux côtés des deux créations récentes, Coco Mademoiselle et Chance.

"Ca a été le premier parfum couturier avec cette idée de Gabrielle Chanel que le parfum pouvait être l'expression de son style", reprend Olivier Polge. A l'époque, le jasmin tapissait la campagne de Grasse qui comptait assez de bras prêts à se louer pour cette cueillette devenue l'apanage de pays à bas coût de main d'oeuvre. L'Egypte et l'Inde, où Chanel se fournit aussi, assurent aujourd'hui 95% du tonnage mondial.

Sur le nombre de flacons vendus, le prix payé au kilo, "on est peu loquace", confesse la directrice du service de presse de Chanel, Sophie Verges.

Plusieurs fois par an, elle entraîne des journalistes du monde entier, quelques influenceurs aussi parfois, dans ce décor champêtre où Chanel peut se vanter de tout faire sur place, de la fleur au flacon d'absolu.

"Dix minutes après la pesée, c'est chargé dans l'extracteur ce qui évite une oxydation et une perte de matière odorante, dit Mme Verges, ça permet aussi à notre parfumeur d'intervenir, un peu comme un peintre qui produirait sa propre palette de couleurs".

Auteur(s): Par Claudine RENAUD - Pégomas (France) (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Une travailleuse agricole tient des fleurs de jasmin servant à la fabrication du parfum N°5 de Chanel à Pégomas, dans les Alpes-Maritimes, le 26 août 2021

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-