Hubert Germain: aux Invalides, l'adieu à "l'ultime héros" des Compagnons de la Libération

Hubert Germain: aux Invalides, l'adieu à "l'ultime héros" des Compagnons de la Libération

Publié le 15/10/2021 à 17:41 - Mise à jour à 18:14
© THOMAS COEX / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Robin BJALON - Paris (AFP)

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

"C'est un symbole de la France!", résume Wajih Abichou, un lycéen, venu comme des centaines de personnes aux côtés des familles d'anciens résistants, des membres du gouvernement et d'Emmanuel Macron salué vendredi aux Invalides "l'ultime héros" des Compagnons de la Libération.

"On lui a rendu hommage comme il le méritait". "C'était beau et triste", s'enthousiasme aussi auprès de l'AFP son camarade de 17 ans Allareny Bah.

Quelques minutes plus tôt, Emmanuel Macron avait chaudement honoré la vie d'Hubert Germain, dernier Compagnon de la Libération décédé mardi à l'âge de 101 ans, "une anthologie d'engagement et de courage".

"A l'aube comme au crépuscule, Hubert Germain fut le dernier à rendre les armes", a honoré M. Macron devant le cercueil du défunt, ventant aussi la "fougue" et la "détermination" de ce "résistant de la première heure", devenu avec le temps "l'incarnation même de tous (ses) Compagnons".

Le chef de l'Etat a une nouvelle fois salué les Compagnons de la Libération, "ce cercle qui a relevé la France de l'abîme", dont Hubert Germain faisait partie depuis 1944, dans un discours empreint de reconnaissance et de tendresse pour celui qui a passé "une vie de résistance et d'espérance".

Emmanuel Macron, qui avait célébré aux côtés d'Hubert Germain le 81e anniversaire de l'appel du 18 juin 1940, a également fait le "serment" de poursuivre le travail mémoriel, si cher à ce Compagnon de la Libération, qui aimait témoigner notamment dans des établissements scolaires.

"Dernier Chancelier d'honneur de l'Ordre de la Libération, il en a attisé les braises ardentes jusqu'à son dernier souffle, elles ne s'éteindront pas avec lui", a promis Emmanuel Macron, devant plusieurs proches de familles des Compagnons de la Libération et des membres du gouvernement dont le Premier ministre Jean Castex.

"Notre tâche sera de poursuivre avec la même ardeur ce combat", a dit M. Macron. "Le silence millénaire de l'esprit de résistance et de l'acharnement français vous accompagne", a-t-il poursuivi.

- "Une partie de l'Histoire" -

Outre des personnalités connues dont l'ancien Premier ministre Edouard Philippe, plusieurs centaines de personnes du public ont également été autorisées à l'intérieur de la Cour d'honneur des Invalides, munies de leur pass sanitaire.

Dans l'assistance, tous voulaient honorer "cette partie de l'Histoire de la France".

"C'était un personnage illustre", s'est ému Jean, 72 ans, qui vit là "une grande tristesse, une grande émotion".

Pour Marie-Pierre, 65 ans, venir aux Invalides vendredi, "c'est un hommage pour mon père qui était lui aussi Compagnon de la Libération". "C'est grâce à ces personnes que nous sommes encore en France, et en France libre!", estime-t-elle.

Accompagnée de sa grand-mère, Myriam, 17 ans, souhaite, elle, saluer "ces héros". "Il faut célébrer ce qu’ils ont fait!", dit-elle.

Ancien député gaulliste et ministre de Georges Pompidou (1972-1974), grand croix de la Légion d'honneur, Hubert Germain avait fêté le 6 août son 101e anniversaire.

Il avait rejoint le général de Gaulle à Londres dès juin 1940, puis combattu au sein de la Légion étrangère. Sérieusement blessé en mai 1944 en Italie, il avait participé au débarquement allié en Provence en août de la même année.

Emmanuel Macron présidera la cérémonie d'inhumation d'Hubert Germain le 11 novembre à l'Arc de Triomphe et au Mont-Valérien, principal lieu d'exécution des résistants durant la Seconde Guerre mondiale, où son corps reposera dans la crypte du mémorial de la France combattante.

Seules 1.038 personnes, dont six femmes, ont reçu le titre de Compagnon de la Libération. "Avec ses frères d'armes, Hubert Germain avait défendu la liberté", a résumé Emmanuel Macron.

Auteur(s): Par Robin BJALON - Paris (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Emmanuel Macron s'incline devant le cercueil de "l'ultime héros des Compagnons de la Libération", Hubert Germain, décédé à l'âge de 101 ans, durant un hommage national à l'Hôtel de

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-