Marine Le Pen plonge en campagne, Zemmour en embuscade

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Marine Le Pen plonge en campagne, Zemmour en embuscade

Publié le 12/09/2021 à 02:11 - Mise à jour à 10:34
© VALENTINE CHAPUIS / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Anne RENAUT - Fréjus (AFP)

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Marine Le Pen passe la main dimanche à Fréjus (Var) à son numéro deux Jordan Bardella pour dépasser son parti et plonger dans une campagne présidentielle en avocate des "libertés", sous l'oeil d'un concurrent potentiel, Eric Zemmour.

Tout sourire, la candidate à l'Elysée porte sur sa première affiche de campagne, tirée à 500.000 exemplaires, une veste blanche qui fait ressortir les lettres "vert empire" de son slogan "Libertés, libertés chéries", inspirées d'un couplet de La Marseillaise. Sans le nom Le Pen et sans le nom de son parti, le Rassemblement national.

Car la dirigeante d'extrême droite entend se libérer, le temps de sa campagne, du parti dont elle va confier les rênes au jeune premier vice-président Jordan Bardella.

Elle lui lègue un mouvement surendetté, secoué par l'échec des régionales en juin, avec des effectifs en baisse, à quelque 25.000 adhérents (45.000 officiellement), selon des sources concordantes, au lieu 60.000 en 2016.

Muée en candidate des Français et plus seulement du RN, elle prononcera un discours dimanche au théâtre romain de Fréjus pour défendre les "libertés" et annoncer de nouvelles propositions "concrètes".

Mais sans s'attarder sur son adversaire Emmanuel Macron, ni sur les autres prétendants à l'Elysée, alors que la socialiste Anne Hidalgo annonce le même jour sa candidature.

"On s'en fiche", dit-on dans son entourage, même si les deux femmes se disputeront les 20H00 dans la soirée, Mme Le Pen sur TF1 et Mme Hidalgo sur France 2.

- "Années 1980" -

Le choix des libertés "parle tout à fait à l'électorat de droite qu'elle cherche à séduire depuis quelques années. Ca renvoie aux années 1980 quand le RPR défendait les libertés face au socialisme", selon l'historien spécialiste de l'extrême droite Nicolas Lebourg.

Ca permet à la candidate de "récupérer doucettement le mouvement anti-pass sanitaire", où le mot "liberté" a été brandi sur plusieurs banderoles, ajoute-t-il.

Il s'inscrit aussi dans la volonté de Mme Le Pen de "normaliser" son discours pour apparaître crédible, après avoir promis de rembourser la dette ou de ne pas toucher aux accords européens de Schengen sur la libre circulation des personnes.

Mme Le Pen a déjà présenté deux propositions de son programme, qui sera simplifié à 22 mesures, au lieu de 144 en 2017.

"Ni de droite ni de gauche", elle veut privatiser l'audiovisuel public, manière de "récupérer toute cette haine des médias qu'on a vue et dans les +gilets jaunes+ et dans les anti-pass, ainsi que les conservateurs qui pensent qu'on paie trop d'impôts", selon M. Lebourg. Et nationaliser les autoroutes -- qui parle "à l'électorat populaire et aux amoureux de la sacro-sainte voiture, autant qu'aux CSP+ qui se méfient de la gabegie".

- "Points durs" -

Oubliés les fondamentaux sur l'immigration ou la sécurité ? "Dans une campagne vous n'avez pas intérêt à oublier vos points durs", la met en garde un élu, qui aurait aimé une campagne "sur l'ordre avant tout".

Marine Le Pen a présenté samedi son directeur de campagne, Christophe Bay, un ancien préfet et pas un politique comme David Rachline en 2017, et évoqué des déplacements thématiques sur deux ou trois jours, pour "prendre le temps" d'échanger avec les Français.

Dans un opuscule de conseils à sa "chère Marine" qu'il soutient pour 2022, à paraître lundi, le maire de Béziers Robert Ménard lui suggère de quitter définitivement la présidence du parti, pour montrer qu'elle se "donne totalement à cette campagne" et qu'elle "y croit au risque de tout perdre".

Mme Le Pen n'a pas cité le nom d'Eric Zemmour devant les élus du RN vendredi, même si l'hypothèse de sa candidature inquiète son parti.

Elle pense que la France n'attend pas "un Trump" et qu'il "n'ira pas jusqu'au bout" de la présidentielle. Elle a assuré ne pas être inquiète: "On regarde cela avec beaucoup de calme" et sans "fébrilité".

M. Zemmour a dit sur France 2 avoir "envie" d'être candidat et redit que Mme Le Pen "ne gagnerait jamais" en 2022. "Je ne trouve pas qu'elle ait progressé" depuis le débat raté contre Emmanuel Macron en 2017.

Sébastien Chenu, porte-parole du RN, a répliqué dimanche sur France Inter que Mme Le Pen et M. Zemmour n'étaient pas "de même calibre et de même niveau", questionnant l'utilité d'une "candidature de témoignage", ce que le polémiste a réfusé samedi soir d'incarner.

Auteur(s): Par Anne RENAUT - Fréjus (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

La présidente du RN Marine Le Pen à l'issue du congrès de son parti à Perpignan le 4 septembre 2021

Newsletter


Fil d'actualités AFP France




Commentaires

-