Signées Virgil Abloh ou Travis Scott, des baskets aux enchères

Auteur:
 
Par Theo MATTIOLO - Paris (AFP)
Publié le 13 mai 2022 - 21:25
Mis à jour le 14 mai 2022 - 14:36
Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse)
Image
Plus de 200 paires de "sneakers" en édition limitée sont mises aux enchères par la maison Millon, à Paris dont ce modèle signé Virgil Abloh photographié le 13 mai 2022
Crédits
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Plus de 200 paires de "sneakers" en édition limitée sont mises aux enchères par la maison Millon, à Paris dont ce modèle signé Virgil Abloh photographié le 13 mai 2022
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Plus de 200 paires de "sneakers" en édition limitée sont mises aux enchères dimanche par la maison Millon, d'un modèle signé à la main par Virgil Abloh à celui que portait Michael Jordan en 1989, en passant par une création du célébrissime rappeur Travis Scott.

Le lot phare de cette vente de baskets, estimé entre 12.000 et 25.000 euros, trône au centre de la salle d'exposition, bien à l'abri dans sa cage en verre. "La Jordan 1 High Off-White, signée par Virgil Abloh, le célèbre et malheureusement défunt designer d'Offwhite et de chez Louis Vuitton", présente l'expert Nicolas Kerkeny.

"Sans la signature, c'est déjà une paire qui est assez collectionnée et assez rare", car tirée à peu d'exemplaires. "Si on y ajoute la signature de Virgil Abloh, ça devient un modèle complètement unique, qu'on ne retrouvera jamais dans le monde entier", poursuit-il.

Quelques pas plus loin, une autre collaboration, cette fois-ci avec le rappeur Travis Scott, attire l'attention. "C'est le premier à avoir intronisé le +swhoosh+ (logo Nike) à l'envers", précise Nicolas Kerkeny. Cette fantaisie, ajoutée à la notoriété de l'artiste, fait grimper les chaussures à 1.650 euros prix plancher.

Ailleurs sur les étagères, une paire dépareillée style "Sashiko", technique de broderie ancestrale nippone proche du "patchwork", côtoie des Nike estampillées Dior, Gaultier ou Yeezy, la ligne de l'excentrique Ye – anciennement Kanye West.

Le basketteur Michael Jordan, égérie d'une collection à son nom, est aussi bien représenté. Les modèles (répliqués) avec lesquels il a remporté le championnat NBA en 1991 et 1996, sont proposés à 950 euros chacun.

Ce genre de pack collector, sorti en 2006 et désormais "introuvable" dans les boutiques traditionnelles, n'est tiré qu'à "50.000 unités monde", explique Nicolas Kerkeny, qui a lui-même démarché des collectionneurs privés pour trouver la majorité des lots à vendre.

- Pour toutes les bourses -

Au total 207 paires seront proposées, "pour toutes les bourses et toutes les tailles". Si les Jordan High signées à la main par Virgil Abloh sont estimées à plus de 10.000 euros, les enchères pour le lot le moins onéreux commenceront à 160 euros. Le panel des tailles, du "35 et demi au 48" est aussi volontairement large, bien que dominent les pointures moyennes (37 à 43).

Pour Alexandre Millon, le commissaire-priseur, l'enjeu de ces enchères est de "toucher tous les publics", y compris les spécialistes "d'autres disciplines de l'art". "On part des silex aux +sneakers+!", s'amuse-t-il, en remarquant que toutes les générations d'acheteurs s'intéressent aujourd'hui au marché de la basket.

"C'est assez intéressant de faire la comparaison avec les bibliophiles", poursuit-t-il. Selon lui, amateurs de livres et de chaussures ont le même souci du détail, la même "rigueur" quant à la qualité. La moindre éraflure, le moindre signe d'usure peut faire chuter le prix de vente "de 40%". Un élément manquant, une étiquette ou un lacet, signifie également une perte de valeur qui se chiffre en dizaines d'euros.

Cette "passion" du public, le "phénomène de rareté" entretenu par les marques et la célébrité de leurs ambassadeurs ont ainsi transformé la "sneaker", au départ simple élément de garde-robe, en "objet de collection, objet de désir".

Face à l'explosion du secteur et à la prolifération des sites de revente, la mission des maisons de vente est désormais de créer une cotation "légitime" et "objective".

"Tous ces prix qui ont besoin d'être incontestables ne peuvent pas être fournis par le dieu-algorithme +StockX+", principale plateforme d'échanges, conclut le commissaire-priseur.

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don