Pour le sénateur Michel Raison, mis en cause par "Cash Investigation", l'émission est "scandaleuse" (VIDEO)

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 15 septembre 2016 - 09:23
Image
Le sénateur LR Michel Raison dans l'émission "Cash Investigation"
Crédits
©Capture d'écran Youtube
Le sénateur Michel Raison a été interrogé sur son recours à des lobbyistes
©Capture d'écran Youtube
Le sénateur de Haute-Saône est apparu en difficulté dans le dernier numéro de "Cash Investigation" diffusé mardi sur France 2. Il critique ouvertement la manière dont le programme est conçu et a exploité son interview.

L’émission de reportages Cash Investigation de France 2 fait encore parler d’elle. Le sénateur Les Républicains de la Haute-Saône Michel Raison, qui apparaît dans une séquence peu à son avantage dans le programme diffusé le soir du mardi 13, a en effet dénoncé "une émission scandaleuse". Selon lui, les sujets diffusés, et les soupçons qu’ils distillent, sont basés sur des "des recoupages" et "des péigeages" (sic).

En cause? Dans la dernière émission diffusée, le sujet traitait des dérives de l’agroalimentaire et du poids des lobyys du secteur sur la vie politique française. Interrogé comme parlementaire travaillant sur sur la législation de ce secteur, mais aussi comme ayant été invité à un événement de lobbying par l’Ania (l’Association nationale des industries alimentaires), Michel Raison adopte dans un premier temps la position de l’homme politique qui assume recourir à des lobbyistes pour éclairer son jugement: "Il y a beaucoup de lobbyistes qui viennent ici. C'est à nous de trier, à nous de nous faire notre propre opinion, mais on a besoin d'eux. Il y a plein de choses qu'on ne sait pas. Les gars (sic), ils viennent t’éclairer sur un truc, alors ils peuvent t’enfumer, mais c'est à toi de vérifier" explique-t-i à une journaliste de l’émission. L’entretien est ensuite interrompue par la collaboratrice parlementaire qui entraîne hors champ le sénateur, visiblement un peu gêné par la tournure de la discussion, mais tout à fait prêt à y retourner malgré les questions embarassantes. "Je vais jouer le jeu, je m’en fous" explique-t-il à sa collaboratrice, un micro parvenant à capter l'échange. Mais cette dernière, qui sent le piège venir, lui fait une proposition pour le moins troublante: "Vous voulez qu’on appelle l’Ania?". Sous-entendu probable, du moins selon l’analyse qu’en fait l’émission de France 2 : face à des questions gênantes sur un lobby qu’il assume fréquenter, ne faudrait-il pas demander l’avis dudit lobby sur la position à tenir? Autant dire qu'une telle interprétation valide largement le postulat de Cash Investigation qui déplore justement un tel contrôle du politique.

Une hypothèse qui met donc en colère Michel Raison le poussant à fustiger l’émission. Interrogé par Public Sénat, l’élu précise d’ailleurs qu’il n’a finalement "pas rappelé" l’Ania lors du tournage de l’interview. Mais de l’avoir cependant fait après.

(Voir ci-dessous la séquence où Michel Raison est interviewé puis conseillé discrètement par sa collaboratrice)

 

À LIRE AUSSI

Image
La députée EELV Laurence Abeille.
Douleurs "insupportables" et poids des lobbys: Laurence Abeille combat l'hypersensibilité aux ondes
La députée Laurence Abeille (EELV, Val-de-Marne) et l'eurodéputée Michèle Rivasi (EELV) organisent un colloque visant à faire connaître, et reconnaître, l'électro-hype...
10 février 2016 - 16:55
Politique
Image
Marisol Touraine, le 13 décembre.
Journée mondiale sans tabac: Touraine dénonce le "lobbying intense" des industriels
A l'occasion de la Journée mondiale sans tabac, ce mardi, Marisol Touraine a dénoncé le "lobbying intense" des industriels dans une tribune publiée dans le "Huffington...
31 mai 2016 - 10:25
Politique

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.