Jean Castex : en souvenir du 18 juin et du 21 juillet !

Jean Castex : en souvenir du 18 juin et du 21 juillet !

Publié le 23/11/2021 à 14:32
ARA, pour FranceSoir
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Alain Tranchant, pour FranceSoir

Cet espace d’opinion permet la libre expression des idées et d’engendrer le débat. Les articles et vidéos publiés dans cette rubrique peuvent parfois ne pas faire consensus, en savoir plus

-A +A

HUMEUR — Je ne croyais pas si bien dire en écrivant au début de ma dernière tribune : "Nous vivons des temps extraordinaires".

Le 22 novembre, comme de nombreuses Françaises et Français qui sont devant leur écran pour la grand-messe du 20 heures, j'apprends que le Premier ministre est "cas contact" à la suite de la contamination de sa fille de 11 ans au Covid-19. Plus tard dans la soirée, l'information est confirmée : Jean Castex est testé positif au Covid-19.

Mal intentionné sans aucun doute, je me promets de rechercher la date de sa "vaccination", puisque décidément le secret médical a été aboli, sinon en droit, du moins en fait, dans ce pays.

Bingo ! Si Internet dit vrai, Jean Castex a reçu sa deuxième dose d'AstraZeneca le 18 juin 2021. Si je compte bien, le "vaccin efficace et sûr", tant vanté au peuple français, n'aura eu que 5 mois d'effet en ce qui concerne la protection contre le virus...

Le 18 juin, Jean Castex - le "gaulliste social" - avait donc choisi de célébrer à sa façon l'esprit de résistance. En bon soldat de la Macronie, il allait recevoir sa deuxième piqure. Et, surtout, il allait le faire savoir.

La politique-spectacle, la pire, montre encore une fois ses limites, pour ceux qui feignaient de ne pas les connaître.

En tout cas, la preuve est rapportée au plus haut niveau de l'État que le remède à la pandémie ne résidera jamais dans ces injections de produits en phase expérimentale.

Pour autant, le pouvoir n'est pas prêt à admettre qu'il faut en revenir au principe premier de la médecine : prendre en charge les malades et les soigner, dès le premier jour, avec les molécules qui ont fait la preuve de leur efficacité, même si elles ne sont "pas assez chic, pas assez cher", comme l'écrivait le professeur Perronne dans le premier de ses ouvrages consacrés à cette pandémie.

Le reste, tout le reste, n'est que politique, et surtout... crainte des suites pénales d'une gestion désastreuse. Mais, le peuple français n'a pas à en payer le prix.

P.S. : Jean Castex affirmait catégoriquement le 21 juillet : "Les personnes qui ont deux doses n'ont plus de chance d'attraper la maladie". C'est bien connu : à tout principe, il est au moins une exception. Et - pas de chance ! - elle est tombée sur le Premier ministre... qui aurait dû anticiper la troisième dose !

Auteur(s): Alain Tranchant, pour FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Castex, le nouveau variant du Gers ?

Newsletter


Fil d'actualités Opinions




Commentaires

-

Je m'abonne à la Newsletter FranceSoir