François Hollande le confirme: l'état d'urgence prendra fin le 26 juillet

François Hollande le confirme: l'état d'urgence prendra fin le 26 juillet

Publié le 14/07/2016 à 16:44 - Mise à jour à 16:56
©Miguel Medina/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Instauré dans la nuit du 13 au 14 novembre 2015, l'état d'urgence s'achèvera le 26 juillet. François Hollande l'a annoncé lors de son interview du 14 juillet, estimant que l'arsenal juridique était maintenant suffisant.

C’est une confirmation qui était attendue lors de l’interview du président de la République François Hollande pour le 14 juillet. Le chef de l’Etat a bien validé l’information selon laquelle l’état d’urgence prendra fin le 26 juillet prochain. Il avait été instauré immédiatement après les attentats qui ont ensanglanté le Stade de France, plusieurs terrasses parisiennes et la salle du Bataclan le 13 novembre 2015.

François Hollande a notamment expliqué aux journalistes Gilles Bouleau (TF1) et David Pujadas (France Televisions) qui l’interviewaient que l’arsenal juridique dont s’est doté la France depuis ces événements permettait maintenant de répondre à la menace terroriste, ne justifiant plus une mesure d’exception comme l’état d’urgence.

"Cet état d'urgence, j'ai considéré qu'il fallait le prolonger jusqu'au moment où nous puissions être sûrs que la loi pouvait nous donner des moyens nous permettant de prévenir la menace terroriste avec efficacité", considère la République, en référence à la loi sur la procédure pénale promulguée en juin. Désormais, "on ne peut pas prolonger éternellement l'état d'urgence. Nous avons maintenant une loi permettant d'agir contre le terrorisme".  

François Hollande s’est cependant bien gardé de trop d’optimisme sur un quelconque relâchement de la pression des terroristes sur l’Hexagone: "Est-ce que la menace est là? Oui, elle est là", car "nous avons le même adversaire: il est en Syrie, en Irak et il a ses prolongements ici en Europe. L'adversaire, c'est l'islamiste fondamentaliste, c'est le fanatisme".

Le président de la République a enfin confirmé que "l’opération Sentinelle" qui vise à sécuriser les "points sensibles" du territoire et qui a été déclenchée après les attentats de janvier 2015 sera réduite. Elle passera de 10.000 à 7.000 hommes.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"On ne peut pas prolonger éternellement l'état d'urgence", explique François Hollande.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-