Interdiction de la fessée: les parents éduqués ou sanctionnés?

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Interdiction de la fessée: les parents éduqués ou sanctionnés?

Publié le 15/11/2018 à 12:16 - Mise à jour à 12:40
@Flickr/Ceatives Commons
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Une proposition de loi interdisant formellement la fessée doit être examinée fin novembre par l'Assemblée nationale. Elle ne prévoit pas de sanction pénale pour les parents, point qui devrait cependant faire débat.

C'est devenu un sujet redondant depuis quelques années: les parents ont-ils le droit d'administrer une fessée à leurs enfants, et doivent-ils être condamnés s'ils le font? Une nouvelle proposition de loi visant à l'interdiction des châtiments corporels arrivera dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale le 29 novembre, après son examen en commission des Lois le 21.

Celui-ci prévoit que "les enfants ont droit à une éducation sans violence" et que "les titulaires de l'autorité parentale ne peuvent user de moyens d'humiliation tels que la violence physique et verbale, les punitions ou châtiments corporels, les souffrances morales".

Pour l'instant, aucune loi ne réglemente la fessée, mais la jurisprudence tolère un droit de correction légère à "but éducatif", cette "légèreté" étant appréciée par les juges. La nouvelle loi viendrait donc mettre fin à cette tolérance en interdisant toute violence. Une mesure qui risque de faire débat quant à la définition d'un acte "violent".

Voir: Schiappa favorable à une mesure anti-fessée bientôt examinée à l'Assemblée

Mais surtout, la proposition de loi en l'état ne prévoit pas de sanction pénale. Il devrait être inséré dans l'article du code civil traitant de l'autorité parentale et donc des devoirs des parents. L'idée serait donc de changer les mentalités plus que de sanctionner les parents, alors que selon un sondage datant de 2015, 70% des parents sont favorables à la fessée. Mais ce point risque aussi d'être fortement débattu.

Le Défenseur des droits avait déjà dit en 2017 être favorable à la mise en place d'une sanction pénale "Cette mesure n'aura d'efficacité que si l'on met une sanction derrière, une sanction pénale. Si c'est une infraction, il faut la punir", avait-il déclaré.

La France s'est déjà fait taper sur les doigts pour ne pas avoir interdit la fessée. Le Conseil de l'Europe avait ainsi affirmé en mars 2015 que la France violait l’article 17 de la Charte européenne des droits sociaux qui précise que les Etats parties doivent "protéger les enfants et les adolescents contre la négligence, la violence ou l’exploitation". Il demandait ainsi l'interdiction explicite des châtiments corporels. L'ONU avait à son tour formulé de telles recommandations début 2016.

L'interdiction avait été prévue par le précédent gouvernement, mais elle avait été retoquée par le Conseil constitutionnel pour des questions de forme.

Lire aussi:

Les députés interdisent la fessée pour les enfants

Mère jugée pour avoir giflé son fils: la fessée toujours autorisée en France

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Après plusieurs tentatives, la fessée pourrait bientôt être totalement interdite en France.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-