Libre après 4 ans de prison, Jacqueline Sauvage entame sa nouvelle vie

Libre après 4 ans de prison, Jacqueline Sauvage entame sa nouvelle vie

Publié le 30/12/2016 à 07:14 - Mise à jour à 07:16
©Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Quatre ans après avoir abattu son mari violent envers elle et ses enfants, Jacqueline Sauvage a été libérée. Celle qui est devenue un symbole des violences faites aux femmes entame désormais une nouvelle vie. L'annonce de sa grâce par François Hollande a suscité de nombreux commentaires positifs, mais aussi quelques critiques, notamment des syndicats de magistrats.

Désormais libre au lendemain de la grâce présidentielle, Jacqueline Sauvage a entamé jeudi sa nouvelle vie, hébergée par l'une de ses filles dans le Loiret. Sans encore de "projet concret" après quatre ans de prison, mais avec l'envie de "remercier la France et François Hollande".

"C'est que du bonheur, un rêve", a déclaré jeudi sur RTL Carole Marot, qui a accueilli mercredi 28 au soir sa mère dans sa maison de Chuelles, un village du Loiret. "C'était inattendu. Elle se demande si c'est réel", a ajouté Carole Marot, l'une des trois filles de Jacqueline Sauvage, disant avoir trouvé sa mère "fatiguée, affaiblie, vieillie" après ces années de détention.

Au lendemain de son 69e anniversaire, Jacqueline Sauvage est sortie mercredi de prison après la décision de François Hollande de lui accorder une grâce totale. Un dénouement après une intense mobilisation autour de cette femme condamnée pour le meurtre de son mari violent et devenue pour beaucoup un symbole des victimes de violences conjugales.

Et maintenant? Elle "n'a pas de projet concret" dans l'immédiat, sinon de "rester en famille" et de "se recueillir sur la tombe de son fils", a dit à l'AFP Me Nathalie Tomasini, l'une de ses avocates.

Ce fils, lui aussi victime comme ses sœurs des agissements de leur père, s'était suicidé la veille de ce 10 septembre 2012 où Jacqueline Sauvage, après 47 ans d'enfer conjugal, a tué son mari de trois balles dans le dos. Ce meurtre lui a valu d'être condamnée à dix ans de réclusion criminelle en 2014, une peine confirmée un an plus tard en appel. Jacqueline Sauvage devrait s'exprimer "dans les prochains jours" pour "remercier la France et François Hollande", a précisé Me Tomasini.

À une dizaine de kilomètres de Chuelles, à La Selle-sur-le-Bied (Loiret), commune d'un millier d'habitants où s'est noué le drame conjugal, de nombreux habitants ont accueilli "avec une grande satisfaction" la nouvelle de la grâce présidentielle.

"J'ai été très heureux", a déclaré le maire, Pascal Delion. "Cette affaire a beaucoup touché la population". Raymond, un voisin, a toutefois regretté que François Hollande ait "pris cette décision trop tard".

En revanche, pour Jacques, "le président n'aurait pas dû gracier Jacqueline Sauvage: elle a tout de même tiré dans le dos de son mari", a-t-il dit, refusant de voir en elle "le symbole des femmes battues".

Si la décision présidentielle a suscité un rare consensus dans la classe politique, l'Union syndicale des magistrats (USM), majoritaire dans la profession, a accusé le chef de l’État de "piétine(r) allègrement" sa promesse de respecter l'indépendance de la justice.

Les juges avaient par deux fois refusé une libération conditionnelle, après la grâce partielle accordée par François Hollande en janvier, au motif que Jacqueline Sauvage ne s'interrogeait "pas assez sur son acte" et se posait "en victime", confortée dans cette position par la mobilisation en sa faveur.

Jeudi 29, Laurence Blisson, secrétaire générale du Syndicat de la magistrature (SM, gauche), a mis en garde contre le risque d'en venir "à une justice d'opinion dans laquelle (...) ce soit l'opinion qui conduise le président de la République à prendre une décision à des fins politiques".

Toutefois, il n'y a pas lieu de crier au "scandale" dès lors que cette décision "aboutit à la libération d'une personne sur des motifs d'humanité" et non à "effacer la condamnation ou empêcher les parties civiles de recouvrir des dommages et intérêts", a-t-elle estimé.

Le comité de soutien de Jacqueline Sauvage, qui s'était activé sans relâche, "va se dissoudre aussi vite qu'il s'est formé", a annoncé à l'AFP Éva Darlan, sa présidente. Pour autant, le combat n'est pas terminé pour la comédienne, qui propose de faire "de la cause des violences faites aux femmes une grande cause nationale".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'affaire Jacqueline Sauvage a provoqué une importante mobilisation pour sa libération.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-