Interdit en Chine, le minage des cryptomonnaies génère des coupures d’électricité au Kazakhstan

Interdit en Chine, le minage des cryptomonnaies génère des coupures d’électricité au Kazakhstan

Publié le 06/12/2021 à 16:33
© JACK GUEZ / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Forcés par la Chine à quitter le pays, les mineurs de cryptomonnaies comme le bitcoin ont désormais trouvé refuse au Kazakhstan. Mais cette activité, très énergivore, engendre des coupures d’électricité dans tout le pays.

La conséquence d’une décision chinoise

Le Kazakhstan est-il menacé d’une pénurie générale d’électricité à cause des cryptomonnaies ? C’est ce que laissent penser les multiples coupures auquel le pays est confronté ces derniers mois. En cause : l’afflux dans le pays de mineurs de cryptomonnaies, et en particulier du bitcoin. Jusqu’au printemps dernier, ces derniers étaient installés en Chine, pays où était hébergé environ 65 % du minage de crypto du monde entier. Mais en mai 2021, Pékin a serré la vis et interdit de pratiquer cette activité sur son sol. Les mineurs ont donc trouvé refuge au Kazakhstan.

Des pénuries d’énergie qui se multiplient

Mais cette nouvelle activité n’est pas sans conséquence pour ce pays de près de 19 millions d’habitants, situé au nord-ouest de la Chine. Selon le Financial Times, ce sont près de 87 000 machines de minage qui ont été rapatriées au Kazakhstan, occasionnant une forte demande en énergie. Depuis le début de l’année et la migration des mineurs vers le pays, la demande en électricité a grimpé de 8 % - contre 1 à 2 % habituellement.

Bien que le Kazakhstan soit l’un des pays les plus riches en hydrocarbures du continent asiatique, les fournisseurs d’électricité peinent à répondre à une telle demande. Résultat, les trois plus importantes centrales électriques du pays ont dû se mettre en arrêt d’urgence et, depuis octobre, six régions ont fait face à des coupures d’électricité. Selon les autorités, ce pic de consommation serait particulièrement lié aux mineurs illégaux. Ces derniers consommeraient jusqu’à deux fois plus d’énergie que les cryptomineurs ayant déclaré leur activité.

Une régulation du secteur

Alors que ce pic de consommation énergétique inquiète à l’approche de l’hiver, le gouvernement kazakh a décidé de mettre en place des régulations dans le secteur de l’énergie. D’après le Financial Times, le fournisseur d’électricité public Kegoc a annoncé qu’il ne garantira plus l’approvisionnement des 50 entités de minage enregistrées officiellement en cas de pénurie. De plus, à partir de 2022, les mineurs officiellement déclarés devront s’acquitter d’un surplus de 1 tenge kazakh (0,002 €) par kWh. Reste désormais à savoir si ces mesures suffiront à fournir suffisamment d’électricité au pays et à empêcher les pénuries d’énergie.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Des bitcoin

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-