En France, seuls 5 % des vêtements collectés reviennent aux plus démunis

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 22 décembre 2021 - 12:00
Image
Pour éviter que les consommateurs ne se détournent de leurs enseignes de “mode jetable” les marques s’engagent pour le climat
Crédits
Becca McHaffie / Unsplash
La "fast fashion" empêche de donner une deuxième vie aux habits
Becca McHaffie / Unsplash

Certaines initiatives de recyclage de vêtements des entreprises de la “fast fashion” sont dénoncées comme étant du “greenwashing”, qui génère finalement de la surconsommation. Les réseaux de collecte et de donations caritatives de vêtements sont maintenant aussi critiqués, car selon le journaliste Hugo Clément dans son émission dominicale “Sur le front” sur France 5, les conteneurs prévus à cet effet n’accomplissent pas réellement leur mission. En effet, seuls 5 % de ces vêtements parviendraient vraiment aux Français les plus démunis.

Que devient le contenu des bornes de collectes ?

Selon l'émission, seulement une borne sur 30 bornes de la Croix Rouge est donnée aux plus démunis, le reste sert à financer l’ONG. Les habits sont vendus 13 centimes le kilo à un industriel, et cet argent est réinvesti dans les actions de l’association. De l’autre côté, 10 % des vêtements sont brûlés pour chauffer des habitations ; 33 % sont recyclés, et le reste est exporté à l’international, principalement en Afrique.

La "fast fashion" empêche de donner une deuxième vie aux habits

Les habits de mauvaise qualité, qui ne peuvent pas être utilisés, finissent souvent exportés sur le continent africain. Mais en raison de la faible qualité de ces habits, ils finissent aussi la plupart du temps à la poubelle, plus précisément dans des décharges sauvages, contaminant plages et rivières. Cela est accentué par le rythme frénétique des achats bon marché en Occident. Et le cercle vicieux de la pollution ne s’arrête pas là, puisque les vêtements polluent les eaux dans lesquelles sont pêchés de nombreux poissons destinés au marché européen. Le constat est donc très sévère : le recyclage ou la donation des habits ne peut plus servir de prétexte pour justifier les habitudes de surconsommation. Même dans leur deuxième vie, les vêtements finissent par polluer les cours d’eau et les plages africaines. La solution passe donc forcément par une meilleure production, réduite, et des achats de vêtements moins réguliers. Plus de qualité et moins de quantité.

À LIRE AUSSI

Image
douche
Les "unwashed", militants anti-toilette quotidienne
De plus en plus de personnes adoptent de nouvelles pratiques et en fuient d'autres jugées trop polluantes. Consommer moins de viande, acheter plus local, et même… se l...
20 décembre 2021 - 16:55
Société
Image
Vêtements
À partir du 1er janvier, les invendus non alimentaires ne pourront plus être détruits
Les produits électriques et électroniques, les piles, textiles, meubles, cartouches d'encre ou encore les produits d'hygiène et de puériculture invendus ne pourront pl...
15 décembre 2021 - 13:25
Société
Image
Bertrand Alliot
"Le récit de la catastrophe écologique peut durer très longtemps" Bertrand Alliot
Peut-on imaginer une écologie non catastrophiste ? C'est le pari que fait Bertrand Alliot, porte-parole de l'association "Action Écologie". Selon lui, concernant la qu...
03 novembre 2021 - 18:23
Vidéos

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.