Agression d'Alain Finkielkraut: qui est le suspect placé en garde à vue

Agression d'Alain Finkielkraut: qui est le suspect placé en garde à vue

Publié le 20/02/2019 à 10:43 - Mise à jour à 11:00
©Capture d'écran YouTube
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Un homme a été placé en garde à vue mardi 19 février à Mulhouse dans l'affaire de l'agression verbale subie par Alain Finkielkraut lors de l'acte 14 des gilets jaunes à Paris. Le suspect avait été filmé de face par les témoins et rapidement identifié.

Il avait rapidement été identifié apparaissant sur les images prises par des journalistes à visage découvert. L'un des hommes soupçonnés d'avoir insulté Alain Finkielkraut samedi 16 en marge de l'acte 14 des gilets jaunes à Paris a été placé en garde à vue. L'individu pourrait faire face à une charge aggravante: celle de l'injure antisémite.

La garde à vue a débuté mardi en soirée lorsque l'homme s'est rendu à une convocation du commissariat de Mulhouse dans le Haut-Rhin, selon une information dévoilée par Franceinfo.

Le suspect, un homme converti à l'Islam et père de cinq enfants, a rejoint le mouvement des gilets jaunes en décembre en participant notamment à des actions sur un rond-point de Kingersheim, dans la banlieue de Mulhouse.

Lire aussi: Injures envers Alain Finkielkraut: un homme placé en garde à vue 

Selon une information du Parisien dévoilée avant son arrestation, le suspect évoluerait aussi dans la mouvance radicale islamiste "d'obédience salafiste". Connu des services de renseignement depuis 2014, il ne fait cependant pas l'objet d'un suivi dans le Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT).

L'homme arrêté faisait partie d'un groupe de manifestants ayant copieusement insulté le philosophe et membre de l'Académie française: "Barre toi, sale sioniste de merde", "grosse merde sioniste", "nous sommes le peuple", "la France elle est à nous" ont lancé les quelques gilets jaunes les plus virulents, qui n'ont pas tous été identifiés. Ces individus risquent jusqu'à un an de prison et 45.000 euros d'amende.

Voir aussi:

Finkielkraut défendu par Marine Le Pen: le RN en a-t-il fini avec l'antisémitisme?

Alain Finkielkraut injurié par des "gilets jaunes": le parquet de Paris ouvre une enquête

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un suspect dans l'affaire de l'agression verbale contre Alain Finkielkraut a été placé en garde à vue.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-