Bretagne: un détenu radicalisé profite d'un transfert pour s'évader

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Bretagne: un détenu radicalisé profite d'un transfert pour s'évader

Publié le 16/05/2018 à 12:53 - Mise à jour à 12:56
© FRED TANNEAU, FRED TANNEAU / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un homme de 21 ans, détenu à la maison d'arrêt de Brest, considéré comme dangereux et radicalisé, s'est évadé ce mercredi matin lors de son transfert à l'hôpital. Deux complices à bord d'une voiture l'ont aidé à prendre la fuite.

Un jeune homme de 21 ans, individu radicalisé en détention à la maison d'arrêt de Brest (Bretagne) pour des faits de vol, est en cavale depuis ce mercredi 16 au matin.

Il a profité de son transfert à l'hôpital Morvan pour s'échapper avec l'aide de deux complices, qui l'attendaient à bord d'une voiture (une Peugeot 306) à proximité du parking de l'établissement.

Selon Le Télégramme, il s'est mis à courir dès qu'il est descendu du véhicule qui procédait à son extraction médicale. Bien que menotté, il a réussi à échapper à l'agent d'escorte qui a tenté de le plaquer au sol et qui n'était apparemment pas armé.

Lire aussi: en France, quel fichage pour les radicalisés?

Le conducteur a foncé dans la barrière de l'hôpital et a pris la fuite à toute allure. L'évasion, sans doute orchestrée depuis l'intérieur même de la maison d'arrêt, s'est produite vers 8h40.

Selon Ouest-France, l'individu considéré comme dangereux et suivi "dans le cadre de la radicalisation" serait très connu par la police et s'appellerait Anthony Pondaven.

"La prison? Il ne connaît quasiment que cela. Il est passé par le quartier des mineurs", a expliqué Thierry Labrot, représentant syndical UFAP de la maison d’arrêt, qui ne comprend d'ailleurs pas pourquoi les policiers chargés de l'opération n'étaient pas armés.

"On l’a sorti il y a deux jours pour qu’il soit présenté à un juge, qui voulait des précisions sur une affaire. Et on était quatre professionnels en arme pour l’escorter", s'est ainsi interrogé Thierry Labrot.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un détenu d'une vingtaine d'années s'est échappé ce mercredi matin à Brest lors d'un transfert entre la maison d'arrêt et l'hôpital.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-