Crash de la GermanWings: les psychoses d'Andreas Lubitz

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Crash de la GermanWings: les psychoses d'Andreas Lubitz

Publié le 27/01/2016 à 13:11 - Mise à jour à 13:20
©OFF/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Des extraits des ordinateurs d'Andreas Lubitz qui viennent d'être dévoilés, révèlent de nouveaux éléments sur l'évolution de sa santé, et les pensées qui l'ont conduit à crasher son appareil et ses 149 occupants le 24 mars dernier.

Neuf mois après le crash de l'A320 de la GermanWings dans les Alpes françaises, de nouveaux éléments éclairent un peu plus la personnalité dépressive d'Andreas Lubitz. Des pensées suicidaires qui ont conduit le copilote de 28 ans à précipiter son appareil contre la montagne le 24 mars 2015, entraînant 149 passagers et membres d'équipage dans la mort avec lui.

L'examen des ordinateurs du copilote ont révélé des notes personnelles et des échanges d'e-mails avec son médecin, révélés par Le Parisien. Il y relate des symptômes physiques et psychologiques de plus en plus durs à supporter. Victime de problèmes de vue, le jeune homme craint de ne plus être autorisé à voler.

"Je continue à passer des nuits où je ne dors pas du tout. Mon temps de sommeil maximal est de deux heures par nuit (mais actuellement cette durée est rarement atteinte)", écrit-il. "Je ressasse cette idée (de perdre la vue, NDLR) sans cesse et le stress augmente".

Ses pensées suicidaires se font de plus en plus précises: "Je voudrais être délivré... En entendant les mots encourageants des autres, je crois parfois que tout cela est derrière moi, que tout ça est enfin balayé... La dernière solution qui me rend parfois heureux, c'est de sauter de la falaise".

Une situation qui le pousse à suivre une psychothérapie. A son issue, il dira aller bien mieux. Ce qui semble correspondre au début d'un cercle vicieux entre recours aux médecins et mensonges. Dans les cinq années précédant le crash, Andreas Lubitz consultera plusieurs dizaines de médecins. Mais son employeur n'en sera jamais informé, ce qui après le drame posera la question du suivi des pilotes de ligne.

Les médecins diagnostiquent une "psychose menaçante" et deux lui prescrivent un arrêt de travail qu'il ne communiquera jamais à sa compagnie aérienne. Le 20 mars 2015, Andreas Lubitz déclare à l'un de ses médecins qu'il va mieux, que ses rapports avec son entourage se sont améliorés. C'était quatre jours avant le drame.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Andreas Lubitz souffrait d'une "psychose menaçante" selon ses médecins.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-