Eddy Guyot (Koh-Lanta) se défend et explique que Candide Renard était "à moitié sur lui"

Eddy Guyot (Koh-Lanta) se défend et explique que Candide Renard était "à moitié sur lui"

Publié le 17/05/2018 à 19:18 - Mise à jour à 19:20
©Capture d'écran TF1
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Nouveau rebondissement dans l'affaire de la plainte de Candide Renard contre Eddy Guyot. Ce dernier a pris la parole dans les pages de "Télé Star" pour rappeler son innocence. Il assure également que des images confirmant son innocence ont été prises par la production.

Il est celui sur qui pèse aujourd'hui le soupçon et qui a été placé en garde à vue pendant quelques heures lundi 14. Eddy Guyot, accusé d'agression sexuelle par Candide Renard en marge du tournage de  la saison (annulée) de Koh-Lanta aux Fidji a finalement pris la parole ce jeudi 17.

Dans les pages de Tele Star en effet, l'homme explique sa version des faits sur la nuit du quatrième au cinquième jour de tournage de ce qui aurait dû être la 19e saison de Koh-Lanta. Il nie fermement être allé vers Candide Renard. "Tous les soirs, j'ai dormi entre un homme et la paroi de la cabane. Candide, elle, était plus loin".

Il explique d'ailleurs que c'est la jeune femme de 21 ans qui serait venue vers lui et que des images existent pour le disculper. "Quand les caméramans sont revenus dans la nuit pour nous filmer, je me suis réveillé et Candide était à moitié sur moi. Ça a été filmé et ça me disculpe complètement".

Voir aussi - Affaire Candide Renard/Eddy Guyot: le profil violent du candidat de Koh-Lanta

Suite à cette "affaire" dont les contours sont encore flous, la saison a finalement été annulés et les candidats rapatriés. Eddy Guyot, lui, a été arrêté dès sa descente d'avion. Et a tenu à faire savoir qu'il collaborait pleinement et sincèrement à l'enquête: "J'ai suivi les policiers et, comme je n'ai rien à cacher et que je suis innocent, je n'ai même pas attendu que mon avocat arrive pour commencer à m'expliquer".

Entendus par les policiers du SDPJ de Seine-Saint-Denis, la garde à vue a pris fin au bout de quatre heures. Le dossier a depuis été transféré au parquet de Nancy qui a décidé d'ouvrir une information judiciaire.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Eddy Guyot nie formellement les accusations portées contre lui.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-