Essonne: ils frappent des policiers et lâchent un pitbull sur eux

Essonne: ils frappent des policiers et lâchent un pitbull sur eux

Publié le 25/01/2018 à 07:22 - Mise à jour à 07:29
©Capture d'écran YouTube
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Deux policiers ont été blessés mercredi lors d’une interpellation dans une cité difficile de Corbeil-Essonnes (Essonne). Les habitants d'un immeuble ont frappé les fonctionnaires de policier et ont lâché un pitbull sur eux.

L'interpellation a mal tourné. Lors d'une ronde dans la cité des Tarterêts à Corbeil-Essonnes (Essonne), mercredi 24, des policiers se sont mis à courser deux jeunes hommes dans un immeuble avant de se faire prendre au piège. Les faits ont eu lieu aux alentours de 16h. Pour s'échapper de cette situation et éviter de se faire appréhender par les forces de l'ordre, les deux fuyards ont tapé aux portes des habitations afin de trouver refuge dans l'un des appartements. Finalement, deux familles leur ont prêté main-forte.

Les policiers se sont donc retrouvés à deux contre neuf. Une rixe a alors éclaté et les deux familles se sont mises à frapper les fonctionnaires avant de lâcher un pitbull sur l’un d’eux. Après plusieurs minutes sans nouvelle, un troisième policier, resté en bas de l'immeuble, a finalement appelé du renfort, inquiet de ne pas voir revenir ses collègues. Au total, cinq personnes ont été interpellées et placées en garde à vue.

Cette agression n'est pas sans conséquence puisque les deux policiers attaqués ont été blessés. L’un des deux souffre d'"une entorse grave de la cheville et du genou" tandis que l’autre a "un problème au genou et a pris plusieurs coups à la tête", selon une source policière citée par 20 Minutes. Ils se sont vus prescrire respectivement 30 et 21 jours d’incapacité totale de travail (ITT).

A lire aussi - Aulnay-sous-Bois: un policier roué de coups, son collègue tire en l'air

"Nous dénonçons une nouvelle fois le sentiment d’impunité qui imprègne bon nombre d’individus qui se dressent face aux représentants de l’Etat. Le manque d’effectif nous prive de la capacité d’intervenir en unités conséquentes, avec un minimum de sécurité", a déploré le syndicat Alliance au Parisien. 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un pitbull a été lâché sur les policiers lors d’une interpellation qui a mal tourné dans une cité de Corbeil-Essonnes (Essonne)

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-