Garches: un couple risque une peine de prison pour esclavage

Garches: un couple risque une peine de prison pour esclavage

Publié le 20/11/2017 à 12:08 - Mise à jour à 12:45
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un couple de Garches, dans les Hauts-de-Seine, risque deux ans de prison dont un avec sursis pour traite d'être humain. Ils sont accusés d'avoir exploité une femme indonésienne en la faisant travailler chaque jour pour 250 euros par mois.

Un couple de trentenaires de Garches, dans les Hauts-de-Seine, comparaissait devant le tribunal correctionnel de Nanterre pour traite d'être humain, ou esclavage moderne, jeudi 16. Une femme indonésienne, prénommée Aih, était à leur service et travaillait de 6 à 23h chaque jour pour 250 euros par mois.

Les accusés avaient vécu à Dubaï jusqu'en 2016. Ils étaient rentrés en France avec la femme, à l'origine inscrite dans une agence de femmes à tout faire. Ménage, repas, baby-sitting... elle devait tenir la maison et la ranger lorsque ses patrons recevaient, selon Le Parisien.

Elle enchainait donc de longues journées de travail sans avoir aucun congé."Tous les soirs, elle dépliait un matelas de 3,5 cm d'épaisseur pour dormir au pied du lit d'un enfant", a expliqué son avocat. Le procureur a ensuite ajouté qu'elle n'avait "pas d'intimité, aucune indépendance. Sa patronne avait son passeport... elle était exploitée".

> A voir aussi: Maltraitance: c'est quoi l'esclavage moderne?

Des propos qui sont venus contredire ceux de la mère de famille:"elle ne travaillait pas jusqu'à 23h. Je faisais quasiment tout à la maison. Elle me donnait de l'aide. Et je ne l'engueulais pas", a-t-elle assuré.

Aih s'était finalement confiée sur sa situation à une autre employée de maison, philippine cette fois, alors qu'elle avait emmené les enfants du couple au square. Son amie avait alors prévenu le Comité contre l'esclavage moderne l'été dernier. C'est toujours cette association qui prend soin d'elle aujourd'hui.

Le verdict concernant les patrons sera connu le 18 janvier prochain. Le procureur a requis deux ans de prison dont un ferme pour les deux prévenus.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le couple de Garches, accusé d'avoir exploité une femme, connaîtra le verdict du procès en janvier prochain.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-