Il "perd" sa femme au poker et laisse les joueurs la violer

Il "perd" sa femme au poker et laisse les joueurs la violer

Publié le 08/08/2019 à 17:39
©Hadj/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Un homme accro au jeu est accusé en Inde d'avoir laissé ses amis violer sa femme à deux reprises en paiement de ses dettes de poker. La victime aurait eu du mal à obtenir de la police que sa plainte soit reçue.

Une Indienne a déposé plainte début août pour viol en réunion, son mari ayant selon elle laissé deux de ses proches la violer pour éponger une dette de poker. La victime aurait été agressée deux fois à quelques heures d'intervalle, et se serait heurtée à des policiers qui ont refusé dans un premier temps de recueillir sa plainte.

Les faits allégués se sont produits à Jaunpur dans la région de l'Uttar Pradesh (nord de l'Inde). Selon les médias locaux, l'homme, alcoolique et accro aux jeux d'argents, avait pour habitude d'inviter deux proches chez lui pour des parties de poker très arrosées. N'ayant plus les moyens de suivre, il aurait "parié" sa femme et perdu.

Voir: Une fillette de trois ans violée et décapitée, trois hommes arrêtés

Le mari aurait alors laissé les deux hommes violer sa femme. Celle-ci affirme s'être ensuite réfugiée chez son oncle, mais l'horreur était encore loin d'être terminée pour elle. Son époux serait venu la chercher, reconnaissant son "erreur" et s'excusant. Il l'a convaincue de rentrer au domicile conjugal en voiture, avec ses agresseurs. Sur le chemin, il se serait arrêté pour permettre aux deux hommes de la violer à nouveau.

Et une autre épreuve attendait encore la malheureuse victime. Alors qu'elle avait décidé de porter plainte, les policiers auraient dans un premier temps refusé de lancer la procédure et il aurait fallu que la victime se rende au tribunal pour que sa plainte soit enregistrée.

Environ 40.000 cas de viols sont signalés chaque année en Inde, selon les statistiques officielles. Les observateurs estiment que ce chiffre n'est que la partie émergée de l'iceberg en raison de la forte culture du silence qui prévaut sur ce sujet dans la société indienne. Il paraît en effet très faible pour un pays-continent de plus d'1,3 milliard d'habitants. A titre de comparaison, en France 16.500 plaintes pour viol ont été déposées en 2017 alors que l'Hexagone est 20 fois moins peuplé.

Lire aussi:

Il viole une adolescente puis tente de lui imposer le mariage

 

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les policiers auraient dans un premier temps refusé de recevoir la plainte de la victime.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-