Il traite les gendarmes de « pingouins » sur Facebook, il finit au tribunal

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Il traite les gendarmes de « pingouins » sur Facebook, il finit au tribunal

Publié le 17/12/2020 à 11:25
© Damien MEYER / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A
Est-ce que « pingouins », « volailles » ou « décos de noël » pour nommer les forces de l’ordre constituent des outrages ? Ce sera à la justice d’en décider. 
 
L’affaire est relayée directement par le compte Facebook de la gendarmerie de la Loire. Suite à un contrôle de vitesse, les militaires repèrent un commentaire sur la page Info Contrôles routiers 42.
 
« Deux pingouins en plein sur le rond-point Mercedes »
 
Poursuivant leurs investigations sur le réseau social, les gendarmes notent ici et là d’autres commentaires de l’intéressé, parlant des forces de l’ordre en utilisant les termes « nouvelle déco de Noël » ou de « volailles ».
 
Résultat, voilà notre internaute convoqué illico à la brigade de gendarmerie locale, reconnaissant les faits tout en précisant qu’il ne voit pas d’outrage ou de diffamation dans les mots utilisés.
 
Convoqué en mars
 
Comme son commentaire sur la décoration de Noël était destiné à expliquer qu’il s’était garé pour remplir une attestation de déplacement, l’homme recevra déjà une amende de 135€.
 
Surtout, il devra s’expliquer devant la justice et comparaîtra le 22 mars devant le tribunal de Roanne. 
 
Outrage ou simple langage familier ? Plaisanterie ou volonté de porter atteinte à la dignité des gendarmes ? L’homme risque un an d’emprisonnement et 15000€ d’amende.  
 

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'homme commentait des contrôles routiers

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-